Archives de catégorie : Activités des doctorant(e)s

Genre, femmes et psychédéliques, Webinaire, jeudi 22 avril 2021 à partir de 20h30

Organisé par Zoë DUBUS (AMU-CNRS/TELEMMe, IHM) 

GeFeM – TELEMMe (AMU-CNRS) en partenariat avec la SOCIÉTE PSYCHÉDÉLIQUE FRANÇAISE

INSCRIPTION : zoe.dubus@univ-amu.fr 

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=1409

En Occident, les femmes ont été largement sous-représentées dans la communauté psychédélique tout comme dans les études scientifiques portant sur cette classe de psychotropes. En effet, les caricatures de l’utilisatrice diffusées dans les médias ou dans les productions artistiques (sur sexualisée, disponible sexuellement) ainsi que l’axe systématiquement sanitaire des études menées sur les consommatrices de psychotropes, rendent particulièrement difficile à repérer et à analyser les usages féminins de psychédéliques. Par ailleurs, les chercheuses et thérapeutes ayant participé à la première vague d’études sur ces produits (1950-1970) ont été invisibilisées par l’historiographie (1,2).

Cette situation mène aujourd’hui à une absence de reconnaissance des apports et des réflexions scientifiques féminines sur ces substances (3), ainsi qu’à une méconnaissance des besoins (4) et des expériences spécifiques des femmes usagères (5). Comme l’explique l’historienne Erika Dyck, « l’histoire des psychédéliques en est venue à privilégier les perspectives masculines », déformant notre compréhension de ces substances.

Faisant le constat de la rareté des travaux ayant pour ambition de questionner les psychédéliques du point de vue du genre ou cherchant à étudier les contributions et les expériences des femmes dans ce domaine, nous souhaitons proposer dans ce webinaire un panel visant à combler ce manque. Nous étudierons ainsi les biais concernant les savoirs académiques en lien avec l’usage féminin de psychotropes, nous mettrons en lumière les rôles historiques et contemporains des femmes dans le champ des psychedelic studies, et nous questionnerons les pratiques genrées liées à l’usage de ces substances. 

  1. Dyck E. What about Mrs Psychedelic? A historical look at women and psychedelics [Internet]. Breaking Convention.Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=T04atyEQqUk&t=112s
  2. Dyck E. Historian Explains How Women Have been Excluded from the Field of Psychedelic Science. Chacruna [Internet]. Disponible sur: https://chacruna.net/historian-explains-how-women-have-been-excluded-from-the-field-of-psychedelic-science/
  3. Mangini M. A Hidden History of Women and Psychedelics. 2019;29(1):14‑7.
  4. Tolbert R. Gender and Psychedelic Medicine: Rebirthing the Archetypes. ReVision. 2003;25(3):4‑11.
  5. Hewitt K. Psychedelic Feminism: A Radical Interpretation of Psychedelic Consciousness? J Study Radicalism. 2019;13(1):75‑120.

 

Programme

Maïa NEFF Université Laval de Québec, Département de sociologie, « Champ et hors-champ de la recherche académique sur les usages de drogues au féminin » 

Sarah PERRIN Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, « Femmes et psychédéliques : vulnérabilités et ressources de genre » 

Alex DYMOCK Maîtresse de conférences en droit, Goldsmiths, University of London, UK « Psychédéliques et sexualité féminine (VOSTFR) »

Erika DYCK Professeure d’histoire et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de la médecine à l’Université de la Saskatchewan au Canada, « Les femmes dans l’histoire médicale des psychédéliques (VOSTFR) » 

Zoë DUBUS AMU-CNRS/TELEMMe, Institut des humanités en médecine, Lausanne,  « L’influence des femmes sur l’élaboration du concept de set and setting dans les années 1950-1970 » 

Journée d’étude « Jeune recherche en études de genre » GEFEM, TELEMME/ GENDERMED, mode hybride, MMSH/visio

Plusieurs doctorantes des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe participent à la journée d’études « Jeune recherche en études de genre » organisé par le groupe GEFEM du laboratoire TELEMMe en partenariat avec GENDERMED.

Inscription à la visioconférence ou pour y assister à la MMSH : klambert@unice.fr

Programme : 

 

15 avril : 10H-17h ( SALLE PAF) : Séminaire jeune recherche en partenariat avec GENDERMED

 

9H30 ACCUEIL

9H45 PRESENTATION DE LA JOURNEE ( K. Lambert / Sylvette  Denèfle)

 

 10h-10h45  : Camille Caparos ,  « Des Demoiselles“ sans papiers ? Femmes et papiers de famille dans la noblesse de France méridionale (XVIIe-début du XIXe siècles) »

 

Sous l’Ancien Régime, les femmes sont presque exclues du système qui régit la noblesse française. En sortant du lignage de leur père, elles entrent dans celui de leur mari et se trouvent dans un entre-deux qui invisibilise leur place dans leurs familles et dans les archives qui y sont attachées. Une analyse statistique des inventaires des fonds de la noblesse de Provence et de Languedoc, la reconstitution des étapes de conservation de ces derniers, ainsi qu’une étude de divers supports d’écriture (livres de comptes, feuillets volants, correspondances) permet de dessiner un « royaume féminin » (I. Luciani) de l’écrit. Il s’agit finalement de comprendre le rôle des femmes dans l’alimentation, la gestion et la conservation des papiers de familles nobles en France méridionale entre le XVIIe et le début du XIXe siècles.

 Discutante : Isabelle Luciani, TELEMMe

 

10h45- 11h30 Alessandra Doria, Nous: sujet collectif féminin et identité de genre pendant la Révolution

 

Dans les textes et les discours de la période révolutionnaire, l’on rencontre pour la première fois le pronom nous” employé pour designer l’ensemble de femmes et prendre la parole collectivement. Cette contribution propose d’analyser ce fait linguistique au moyen des concepts élaborés par la philosophie sociale (sujet collectif, engagement conjoint, conscience collective) et de présenter l’identité de genre affirmée au nom de toutes en relation au caractère « naturel » du rôle des femmes dans l’enfantement.

Discutants : Jacques Guilhaumou, Martine Lapied , TELEMMe, GeFeM

 

11h30-12h15 Soizic Morin :  Le rôle des femmes durant les épidémies de choléra dans les Bouches-du-Rhône au XIXe siècle

Les épidémies de choléra se succèdent au XIXe siècle. La première en 1817 s’arrête aux portes de la Russie. La France est touchée lors de la seconde épidémie à partir de mars 1832 (Paris). Les Bouches-du-Rhône sont fortement impactées à partir de 1835. Ces épidémies ravivent très fortement les peurs laissées par la peste de 1720. De plus, elles bousculent les solidarités quotidiennes.  Les épidémies, en tant que crise, ont pour conséquence de mettre en exergue le fonctionnement des politiques de santé publique et privée avec ses acteurs et actrices. Lors de cette communication, je vous proposerai d’étudier l’implication des femmes lors de ces épidémies et la reconnaissance sociale qu’elles ont pu en retirer. Nous nous concentrerons sur deux épidémies : l’épidémie de 1835 et celle des années1880. Les modalités d’action des femmes ont évolué, elles sont passées d’une action collective par le biais notamment des communautés religieuses à une action individuelle. Ces mutations sont certes engendrées par des changements politiques (la IIIe République), mais aussi par une prise de conscience de la part des femmes de leur rôle dans la santé. 

Discutant :  Marc Calvini- Lefebvre , LERMA, GENDERMED

 

14h-14h45 Mélina Joyeux : Former des ménagères ou des ouvrières ? Le cas de l’école-ouvroir des Sœurs blanches à Ouaghzen (Algérie coloniale, années 1930-1950)

Les œuvres scolaires et parascolaires à destination de jeunes filles kabyles (école ménagère, ouvroir de couture et de tissage, organisation scout féminine), développées dans le village de Ouaghzen depuis les années 1910 par l’ordre catholique des Sœurs blanches, illustrent la place de l’éducation féminine dans le projet colonial missionnaire en Algérie. Combinant, à travers le travail manuel, un enseignement des arts ménagers et une proto-formation professionnelle, ces œuvres témoignent d’une ambivalence entre rhétorique de l’émancipation des femmes par le travail et diffusion de normes et savoir-faire genrés visant avant tout à former de futures « ménagères » sur le modèle occidental. Cette communication interrogera ainsi, à travers le cas de Ouaghzen, la construction d’une certaine conception de la féminité et des rôles sociaux de genre qui se joue dans la « rencontre » coloniale entre femmes missionnaires et femmes colonisées.

Discutantes : Geneviève Dermenjian, Claudine Guiard , TELEMMe, GeFeM

 

14h45-15-30: Zoé Dubus Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, Trois pionnières du concept de « set and setting » dans les thérapies psychédéliques

Le concept de « set and setting » est une méthode psychothérapeutique développée dans les années 1950-1960 par des thérapeutes notamment anglo-saxons visant à améliorer la prise en charge des patient·es soumis à des substances psychédéliques (LSD, mescaline, psilocybine) dans le but d’accélerer la psychothérapie. Cette méthode, qui consiste à prendre en compte l’état du sujet, sa préparation à la séance, son bien-être (set) ainsi que le cadre dans lequel aura lieu l’expérience, qui se doit d’être chaleureux et confortable (setting), bouleverse les pratiques psychiatriques de l’époque. Trois femmes, Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, ont eu une influence considérable dans la recherche de ces améliorations à apporter à la thérapie psychédélique. Leur travaux sont pourtant aujourd’hui largement invisibilisés par l’historiographie aux profits de leurs collègues masculins : cette communication soulignera leur contribution à ce concept devenu essentiel pour cette forme de psychothérapie.

discutante :  Aude FAUVEL, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne

 

15h30-16H15 Loric Mandrou: Linscription locale de revendications féministes globalisées dans le cadre dun festival artistique rural : le cas du festival Raconte-Arts en Kabylie.

Chaque été, dans les territoires ruraux montagneux de Kabylie, en Algérie, a lieu le festival artistique itinérant Raconte-Arts. Pour les participant.e.s, provenant principalement des métropoles algériennes et de l’étranger, l’art est un instrument au service de la diffusion de revendications féministes globalisées. Le festival devient le support de nouvelles pratiques corporelles subversives et de discours qui remettent en cause la répartition sexuée des tâches et des gestes quotidiens, créant ainsi des spatialités alternatives. L’espace villageois dans lequel il se déroule est ainsi à la fois un espace de contraintes fortement normé, mais également de potentialités pour la production et la circulation de discours féministes, notamment par l’art. »

Discutante : Constance de Gourcy, MESOPOLHIS- GENDERMED

Penser les environnements en sciences humaines et sociales

Journée d’étude des jeunes chercheurs de l’UMR TELEMMe

Mercredi 16 mai 2018

MMSH, salle Paul-Albert Février

Aix-en-Provence

Organisation : Fabien Bartolotti, Zoë Dubus, Romain Facchini, Alexandre Mahue, Soizic Morin, Polina Palash, Emmanuel Porte, Mathilde Vignau

Présentation : Qu’il soit naturel, social, familial, artistique, intellectuel ou numérique, l’environnement semble transcender, par sa polysémie, les champs disciplinaires. Au-delà de sa connotation strictement écologiste, fruit d’une médiatisation croissante, la notion invite à interroger, plus largement, toute forme d’interaction entre des acteurs et ce qui les entoure. À travers époques et sociétés, comment l’être humain apprécie-t-il et définit-il son environnement ? Comment ce dernier influence-t-il les modes de vie, les sociabilités, les pratiques collectives ou individuelles ? Par quelles actions et dans quelles circonstances un environnement peut-il être produit, détruit et/ou protégé ? Telles seront les principales pistes de réflexion de cette journée d’étude organisée par les jeunes chercheurs de l’UMR TELEMMe.

Télécharger la version PDF du programme

Illustration  : « Glacier Point, 3201 feet, Yosemite Valley, Cal. », Taber Photo, 1887, Library of Congress, LC-USZ62-100867. Domaine public.

Réalisation : Delphine Cavallo AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

Continuer la lecture de Penser les environnements en sciences humaines et sociales

Journée Jeunes Chercheurs 2018 – Atelier n° 1

Le premier atelier organisé par les jeunes chercheurs du laboratoire TELEMMe s’est tenu le mardi 3 octobre 2017, en vue de préparer la journée d’études pluridisciplinaire 2018 consacrée aux environnements. Ce rendez-vous s’est ouvert sur une présentation générale des enjeux et attentes relatifs à ces séances de travail collectif qui devront déboucher sur la rédaction d’un appel à communication à la mi-janvier 2018. Il a également été l’occasion, pour les doctorants nouvellement intégrés au laboratoire, de se présenter. Informations générales et autres dates importantes ont été communiquées : AG du 05.10.17 ; formation au carnet hypothèses le 14.11.17 ; rentrée de l’École doctorale et journée de présentation du laboratoire TELEMMe le 24.11.17. Continuer la lecture de Journée Jeunes Chercheurs 2018 – Atelier n° 1

Compte-rendu atelier jeunes chercheurs n°3 (27/01/2017).

Le troisième atelier doctoral des jeunes chercheurs TELEMME s’est tenu le vendredi 27 janvier 2017 de 14h à 16h.

Il a été pour nous l’occasion d’approfondir notre réflexion sur la place des objets dans les recherches en sciences humaines et sociales notamment à travers les présentations de Sergi SANCHO et d’Alexandre MAHUE. Après avoir évoqué l’échéancier de nos ateliers dans l’optique de rédiger l’appel à communication lors du quatrième atelier, Sergi SANCHO a donc proposé une réflexion sur les processus de « choséification » ou de « réification » (du latin res (le bien, la chose, l’objet) qui traduisent finalement une personnification des objets et des choses afin de les rendre plus concrets par le biais de caractéristiques humaines. Par la suite, Sergi est revenu sur la place conférée aux objets notamment dans les théories féministes et marxistes. Continuer la lecture de Compte-rendu atelier jeunes chercheurs n°3 (27/01/2017).