Archives de catégorie : Actualités

« Regards croisés sur des fléaux épidémiques, 1720-2021 », 28 avril 2021, 9h-17h

Journée d’étude organisée par les associations étudiantes Courant d’art et Archéopterre (AMU) avec le soutien du Musée d’Histoire de Marseille et l’UMR TELEMMe, AMU-CNRS

Programme 

9h Introduction

Isabelle Renaudet, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Serge Morand, Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, CNRS

Pour une histoire globale des maladies infectieuses.

 

Gilbert Buti, TELEMMe (AMU-CNRS)
Se protéger et repousser la contagion en Provence en 1720-1722

 

Magali Théron, TELEMMe (AMU-CNRS)
Aegros curare. Peindre la peste en Provence à l’époque moderne : du tableau de dévotion à la peinture de bataille 

 

14h

Anne-Marie Moulin, SPHERE, CNRS

L’aventure de la vaccination

 

Patrick Zylberman,  EHSP

Un souffle d’apathie : l’Union européenne et la sécurité sanitaire

 

Association Courant d’art et Archéopterre, AMU

La pandémie de COVID-19 vue par des étudiant.es

Pour recevoir le lien vous permettant d’assister à la Journée d’études, merci de contacter Isabelle Renaudet à son adresse de l’université (AMU).

 

Genre, femmes et psychédéliques, Webinaire, jeudi 22 avril 2021 à partir de 20h30

Organisé par Zoë DUBUS (AMU-CNRS/TELEMMe, IHM) 

GeFeM – TELEMMe (AMU-CNRS) en partenariat avec la SOCIÉTE PSYCHÉDÉLIQUE FRANÇAISE

INSCRIPTION : zoe.dubus@univ-amu.fr 

http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=1409

En Occident, les femmes ont été largement sous-représentées dans la communauté psychédélique tout comme dans les études scientifiques portant sur cette classe de psychotropes. En effet, les caricatures de l’utilisatrice diffusées dans les médias ou dans les productions artistiques (sur sexualisée, disponible sexuellement) ainsi que l’axe systématiquement sanitaire des études menées sur les consommatrices de psychotropes, rendent particulièrement difficile à repérer et à analyser les usages féminins de psychédéliques. Par ailleurs, les chercheuses et thérapeutes ayant participé à la première vague d’études sur ces produits (1950-1970) ont été invisibilisées par l’historiographie (1,2).

Cette situation mène aujourd’hui à une absence de reconnaissance des apports et des réflexions scientifiques féminines sur ces substances (3), ainsi qu’à une méconnaissance des besoins (4) et des expériences spécifiques des femmes usagères (5). Comme l’explique l’historienne Erika Dyck, « l’histoire des psychédéliques en est venue à privilégier les perspectives masculines », déformant notre compréhension de ces substances.

Faisant le constat de la rareté des travaux ayant pour ambition de questionner les psychédéliques du point de vue du genre ou cherchant à étudier les contributions et les expériences des femmes dans ce domaine, nous souhaitons proposer dans ce webinaire un panel visant à combler ce manque. Nous étudierons ainsi les biais concernant les savoirs académiques en lien avec l’usage féminin de psychotropes, nous mettrons en lumière les rôles historiques et contemporains des femmes dans le champ des psychedelic studies, et nous questionnerons les pratiques genrées liées à l’usage de ces substances. 

  1. Dyck E. What about Mrs Psychedelic? A historical look at women and psychedelics [Internet]. Breaking Convention.Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=T04atyEQqUk&t=112s
  2. Dyck E. Historian Explains How Women Have been Excluded from the Field of Psychedelic Science. Chacruna [Internet]. Disponible sur: https://chacruna.net/historian-explains-how-women-have-been-excluded-from-the-field-of-psychedelic-science/
  3. Mangini M. A Hidden History of Women and Psychedelics. 2019;29(1):14‑7.
  4. Tolbert R. Gender and Psychedelic Medicine: Rebirthing the Archetypes. ReVision. 2003;25(3):4‑11.
  5. Hewitt K. Psychedelic Feminism: A Radical Interpretation of Psychedelic Consciousness? J Study Radicalism. 2019;13(1):75‑120.

 

Programme

Maïa NEFF Université Laval de Québec, Département de sociologie, « Champ et hors-champ de la recherche académique sur les usages de drogues au féminin » 

Sarah PERRIN Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux, « Femmes et psychédéliques : vulnérabilités et ressources de genre » 

Alex DYMOCK Maîtresse de conférences en droit, Goldsmiths, University of London, UK « Psychédéliques et sexualité féminine (VOSTFR) »

Erika DYCK Professeure d’histoire et titulaire de la Chaire de recherche en histoire de la médecine à l’Université de la Saskatchewan au Canada, « Les femmes dans l’histoire médicale des psychédéliques (VOSTFR) » 

Zoë DUBUS AMU-CNRS/TELEMMe, Institut des humanités en médecine, Lausanne,  « L’influence des femmes sur l’élaboration du concept de set and setting dans les années 1950-1970 » 

Journée d’étude « Jeune recherche en études de genre » GEFEM, TELEMME/ GENDERMED, mode hybride, MMSH/visio

Plusieurs doctorantes des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe participent à la journée d’études « Jeune recherche en études de genre » organisé par le groupe GEFEM du laboratoire TELEMMe en partenariat avec GENDERMED.

Inscription à la visioconférence ou pour y assister à la MMSH : klambert@unice.fr

Programme : 

 

15 avril : 10H-17h ( SALLE PAF) : Séminaire jeune recherche en partenariat avec GENDERMED

 

9H30 ACCUEIL

9H45 PRESENTATION DE LA JOURNEE ( K. Lambert / Sylvette  Denèfle)

 

 10h-10h45  : Camille Caparos ,  « Des Demoiselles“ sans papiers ? Femmes et papiers de famille dans la noblesse de France méridionale (XVIIe-début du XIXe siècles) »

 

Sous l’Ancien Régime, les femmes sont presque exclues du système qui régit la noblesse française. En sortant du lignage de leur père, elles entrent dans celui de leur mari et se trouvent dans un entre-deux qui invisibilise leur place dans leurs familles et dans les archives qui y sont attachées. Une analyse statistique des inventaires des fonds de la noblesse de Provence et de Languedoc, la reconstitution des étapes de conservation de ces derniers, ainsi qu’une étude de divers supports d’écriture (livres de comptes, feuillets volants, correspondances) permet de dessiner un « royaume féminin » (I. Luciani) de l’écrit. Il s’agit finalement de comprendre le rôle des femmes dans l’alimentation, la gestion et la conservation des papiers de familles nobles en France méridionale entre le XVIIe et le début du XIXe siècles.

 Discutante : Isabelle Luciani, TELEMMe

 

10h45- 11h30 Alessandra Doria, Nous: sujet collectif féminin et identité de genre pendant la Révolution

 

Dans les textes et les discours de la période révolutionnaire, l’on rencontre pour la première fois le pronom nous” employé pour designer l’ensemble de femmes et prendre la parole collectivement. Cette contribution propose d’analyser ce fait linguistique au moyen des concepts élaborés par la philosophie sociale (sujet collectif, engagement conjoint, conscience collective) et de présenter l’identité de genre affirmée au nom de toutes en relation au caractère « naturel » du rôle des femmes dans l’enfantement.

Discutants : Jacques Guilhaumou, Martine Lapied , TELEMMe, GeFeM

 

11h30-12h15 Soizic Morin :  Le rôle des femmes durant les épidémies de choléra dans les Bouches-du-Rhône au XIXe siècle

Les épidémies de choléra se succèdent au XIXe siècle. La première en 1817 s’arrête aux portes de la Russie. La France est touchée lors de la seconde épidémie à partir de mars 1832 (Paris). Les Bouches-du-Rhône sont fortement impactées à partir de 1835. Ces épidémies ravivent très fortement les peurs laissées par la peste de 1720. De plus, elles bousculent les solidarités quotidiennes.  Les épidémies, en tant que crise, ont pour conséquence de mettre en exergue le fonctionnement des politiques de santé publique et privée avec ses acteurs et actrices. Lors de cette communication, je vous proposerai d’étudier l’implication des femmes lors de ces épidémies et la reconnaissance sociale qu’elles ont pu en retirer. Nous nous concentrerons sur deux épidémies : l’épidémie de 1835 et celle des années1880. Les modalités d’action des femmes ont évolué, elles sont passées d’une action collective par le biais notamment des communautés religieuses à une action individuelle. Ces mutations sont certes engendrées par des changements politiques (la IIIe République), mais aussi par une prise de conscience de la part des femmes de leur rôle dans la santé. 

Discutant :  Marc Calvini- Lefebvre , LERMA, GENDERMED

 

14h-14h45 Mélina Joyeux : Former des ménagères ou des ouvrières ? Le cas de l’école-ouvroir des Sœurs blanches à Ouaghzen (Algérie coloniale, années 1930-1950)

Les œuvres scolaires et parascolaires à destination de jeunes filles kabyles (école ménagère, ouvroir de couture et de tissage, organisation scout féminine), développées dans le village de Ouaghzen depuis les années 1910 par l’ordre catholique des Sœurs blanches, illustrent la place de l’éducation féminine dans le projet colonial missionnaire en Algérie. Combinant, à travers le travail manuel, un enseignement des arts ménagers et une proto-formation professionnelle, ces œuvres témoignent d’une ambivalence entre rhétorique de l’émancipation des femmes par le travail et diffusion de normes et savoir-faire genrés visant avant tout à former de futures « ménagères » sur le modèle occidental. Cette communication interrogera ainsi, à travers le cas de Ouaghzen, la construction d’une certaine conception de la féminité et des rôles sociaux de genre qui se joue dans la « rencontre » coloniale entre femmes missionnaires et femmes colonisées.

Discutantes : Geneviève Dermenjian, Claudine Guiard , TELEMMe, GeFeM

 

14h45-15-30: Zoé Dubus Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, Trois pionnières du concept de « set and setting » dans les thérapies psychédéliques

Le concept de « set and setting » est une méthode psychothérapeutique développée dans les années 1950-1960 par des thérapeutes notamment anglo-saxons visant à améliorer la prise en charge des patient·es soumis à des substances psychédéliques (LSD, mescaline, psilocybine) dans le but d’accélerer la psychothérapie. Cette méthode, qui consiste à prendre en compte l’état du sujet, sa préparation à la séance, son bien-être (set) ainsi que le cadre dans lequel aura lieu l’expérience, qui se doit d’être chaleureux et confortable (setting), bouleverse les pratiques psychiatriques de l’époque. Trois femmes, Margot Cutner, Joyce Martin et Betty Eisner, ont eu une influence considérable dans la recherche de ces améliorations à apporter à la thérapie psychédélique. Leur travaux sont pourtant aujourd’hui largement invisibilisés par l’historiographie aux profits de leurs collègues masculins : cette communication soulignera leur contribution à ce concept devenu essentiel pour cette forme de psychothérapie.

discutante :  Aude FAUVEL, Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne

 

15h30-16H15 Loric Mandrou: Linscription locale de revendications féministes globalisées dans le cadre dun festival artistique rural : le cas du festival Raconte-Arts en Kabylie.

Chaque été, dans les territoires ruraux montagneux de Kabylie, en Algérie, a lieu le festival artistique itinérant Raconte-Arts. Pour les participant.e.s, provenant principalement des métropoles algériennes et de l’étranger, l’art est un instrument au service de la diffusion de revendications féministes globalisées. Le festival devient le support de nouvelles pratiques corporelles subversives et de discours qui remettent en cause la répartition sexuée des tâches et des gestes quotidiens, créant ainsi des spatialités alternatives. L’espace villageois dans lequel il se déroule est ainsi à la fois un espace de contraintes fortement normé, mais également de potentialités pour la production et la circulation de discours féministes, notamment par l’art. »

Discutante : Constance de Gourcy, MESOPOLHIS- GENDERMED

Journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Acteur(s) et actrice(s) en SHS », 25 novembre 2020, résumés des communications

Camille Caparos, doctorante en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

« Agentivité dans les écrits de femmes de la noblesse provençale (XVIIIe siècle) »

Par une étude de l’écriture et surtout de la polygraphie des scriptrices nobles de Provence, il est possible de reconstituer leur sphère d’action. L’agency est définie par Judith Butler comme « la capacité d’agir d’un humain par delà les déterminismes, sa capacité à se conformer mais également celle de résister, de jouer, déjouer,    transformer ». Au sein de livres de raison, de carnets de comptes ou de correspondances, les femmes de la noblesse provençale assument les rôles pour lesquels elles ont été élevées : épouses, maîtresses de maison et éducatrices de leurs enfants. Pour accomplir ces tâches quotidiennes, elles investissent l’écrit qui devient à la fois le reflet et l’instrument de leur action. En tant que bras droit de leurs époux ou face à la désertion de ces derniers, elles mobilisent l’écriture afin d’organiser, de rendre compte et de maîtriser le quotidien. Tour à tour, elles agissent en tant qu’hommes d’affaires, gestionnaires avisées ou cheffes de famille réfléchies. Si elles ne prétendent pas souvent sortir de la sphère d’action qui leur est dévolue par leur place sociale en tant que femmes, mais aussi en tant que nobles, elles peuvent négocier et revendiquer ce qui, selon elles, leur revient de droit.

 

Zoë Dubus, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

« Questionner la pertinence du concept d’agentivité pour étudier l’histoire des femmes morphinomanes au XIXe siècle » 

Le concept d’agentivité est de manière très significative un impensé de la question de l’usage féminin de stupéfiants. La consultation des bibliographies ou de différents moteurs de recherche sur la thématique permettra de s’en convaincre : d’abord et, de manière plus globale, force est de constater que le sujet des psychotropes est encore de nos jours principalement traité du point de vue de l’addiction. Lorsque l’étude se penche – rarement – sur les consommations féminines, la thématique abordée traitera de manière presque inévitable autour de deux pôles : la prostitution et la gestion de la maternité. Afin de dépasser ce diptyque certes important mais particulièrement restrictif, nous tenterons dans cette étude d’appliquer la notion de capacité d’agir aux femmes morphinomanes du XIXe siècle, qui constituent la première catégorie « type » de drogué·es de l’histoire contemporaine. 

 

Romain Facchini, doctorante en histoire moderne, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

« Être actrice du commerce méditerranéen au XVIIe siècle »

Comparée au champ des women in business anglophone, l’historiographie française des femmes dans le commerce avant la Révolution Industrielle accuse un certain retard à l’échelle internationale. De plus, les divers travaux sur la question ont majoritairement porté sur l’espace atlantique et nord-européen, laissant ainsi à la marge l’arc méditerranéen. Cette communication entend observer les activités d’une femme de marchand de la seconde moitié du XVIIe siècle, Jeanne Montagne, et comprendre comment elle peut devenir actrice de son propre commerce en se détachant de son époux, André Rey. Il s’agit de déceler l’action de Jeanne dans le commerce et de l’analyser sur le plan du droit. Son négoce d’indiennes est observé à l’échelle micro mais doit se comprendre dans un contexte global.

 

Soumya Talboui, doctorante en sociologie, Université Hassan II Casablanca, Laboratoire de Recherche sur les Différenciations Socio-anthropologiques et les Identités Sociales

« Femmes migrantes à la ville de Casablanca : actrices en action »

Auparavant, la présence des femmes dans les processus migratoires se faisait dans le cadre du regroupement familial où il s’agissait de suivre leur famille ou mari en fournissant de l’assistance à tous les membres de leur famille, sans avoir accès à une activité rémunératrice, ce qui rend leur apport social et non pas économique.

Maintenant on assiste à une migration féminine autonome, chose qui rend le statut de la femme migrante transformé du passif à l’actif. En s’inscrivant dans cette dynamique, nous avons choisi d’aborder le phénomène de la migration autonome, du point de vue féminin, en optant pour la méthode qualitative à travers l’étude de la migration féminine autonome vers la métropole de Casablanca. 

Dans cette perspective, visant la reconnaissance des femmes comme nouvelles protagonistes du processus migratoire, découlent une question à laquelle cette communication doit apporter des réponses : Comment les femmes migrantes marocaines deviennent des actrices et prennent en charge leur projet migratoire et quelles stratégies déployées pour affronter les contraintes de la vie et pour réussir leur projet face aux obstacles structurels ?

 

Lina Bendahmane, doctorante en architecture, Ensapl / Université de Lille, Lacth-Edshs

« Soignants, soignés et accompagnants en action pour “habiter“ le couloir d’hospitalisation »

A l’occasion de cette journée d’étude, je souhaite présenter un fragment d’une approche liée à mon travail de thèse. Cette recherche interroge l’hôpital du point de vue des spatialités quotidiennes qui modifient l’espace hospitalier pensé par les concepteurs pour en faire un « espace d’actes ». Il s’agit de comprendre les différents rapports à l’espace en fonction des actions du personnel hospitalier, des soignés et des accompagnants comme acteurs et/ou agents, tout en considérant leurs statuts dans l’organisation sociale et institutionnelle de l’hôpital, ainsi que, les situations et les temporalités. L’hypothèse formulée consiste à envisager ces acteurs comme habitants de l’espace hospitalier afin d’identifier les spécificités de cet « habiter » dans un « faire avec l’espace ». Et, de ce fait, d’appréhender ses conditions, ses manières et ses révélations relatives à l’architecture de l’hôpital et son devenir.

Je montrerai, ainsi, la manière dont cette approche oriente l’analyse du vécu de l’architecture à travers l’exemple concret des couloirs des unités d’hospitalisation pédiatrique de l’hôpital Jeanne de Flandre de Lille.

 

Rania Ghrabi, doctorante à l’École Supérieure des Sciences et Technologies du design de Tunis 

« La Co-création des acteurs transdisciplinaires dans la restitution des espaces archéologiques en Tunisie »

Le concept d’acteur « apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines ». Et son éclipse semble s’achever principalement dans les domaines des sciences humaines et sociales. Étant interdisciplinaire, il est devenu fondamental au sein de la discipline du design. Le « retour de l’acteur » s’installe dans la troisième référence théorique d’un projet en design qui tourne autour de ses acteurs, leurs intentions, leurs points de vues, leurs préjugés, etc. Suite à l’évolution du design, ce concept s’installe également dans la démarche du Co-design qui se corrobore sur l’amplification des trocs favorables à la créativité entre des acteurs hétérogènes pour l’élaboration d’un projet innovant. D’autre part, dans la discipline de l’archéologie du bâtiment, les chercheurs et les professionnels portent plus leur attention sur les besoins, les objectifs, la méthodologie et les outils conduisant à l’aboutissement du processus de restitution du patrimoine que sur ses acteurs. Ils évoquent, dans leurs travaux de recherche, la coopération internationale, la partie prenante administrative et les chargés du projet. Même s’ils révèlent les interactions entre les différents acteurs ou les outils qui leur permettent de s’organiser, les lignes consacrées sont brèves.

Notre réflexion vise trois axes de questionnement. La première se penche sur les compétences et les critères pour être acteur dans ce type de projet. La deuxième concerne la collaboration, malgré le rapport de hiérarchisation entre acteurs. Et la troisième gravite sur le rôle du design dans cette opération architecturale. 

L’objectif de ce travail est de révéler que les acteurs de ces processus sont transdisciplinaires et assurent un travail colossal en se basant sur la Co-création et l’intelligence collective pour aboutir à la restitution « fidèle » des espaces archéologiques. Pour ce faire nous allons considérer le processus de restitution du patrimoine comme un projet design en étudiant nos deux cas d’études réalisés en Tunisie : le projet de reconstitution de la Domus Africa d’El Jem et le projet de la restitution de la maison de la Cascade d’Utique. D’ailleurs, pour affirmer que le design peut jouer un rôle de communication, d’organisation et d’innovation dans ce genre de processus., notre étude sera basée sur des grilles d’observations établies selon les rapports de ces projets  et un entretien semi- directif avec l’un des acteurs du projet. 

 

Rémi Mazauric, doctorant en histoire contemporaine, Université Panthéon- Sorbonne, SIRICE 

« L’intervention militaire française à Suez en 1956, Un cas concret de sociologie des organisations » 

L’intervention française à Suez en 1956 apparaît de prime abord comme une simple opération militaire trouvant une issue diplomatique défavorable. Ce constat a été communément admis par les historiens depuis des années. Cependant, avec des recherches plus poussées, en particulier sur les aspects logistiques de la projection de forces, la réalité devient plus complexe. Des nuances apparaissent. Les causes de cette défaite historique sont, en réalité, à chercher dans le domaine de la préparation et de la capacité logistique de l’armée française à projeter rapidement une force de 34 000 soldats à 3 000 kilomètres de la métropole. 

Par la consultation d’archives nouvelles et en étudiant les différents concepts de la sociologie des organisations, les dynamiques de l’intervention apparaissent plus nettement. En effet, elle met en jeu un nombre d’acteurs différents et variés (forces de soutien, terrestres, aériennes, navales, états-majors, marine marchande), fortement hiérarchisés (suprématie des Anglais sur les Français), interdépendants et en constante interaction. Ces entités sociologiques adoptent des comportements et des stratégies créant des relations de pouvoir complexes et, de fait, une impasse inextricable. 

Comment expliquer l’échec de cette entreprise militaire ? La sociologie des organisations peut-elle nous aider à comprendre les causes d’un tel revers ? 

La force expéditionnaire est en fait un système d’acteurs créé pour la circonstance et évoluant dans un contexte d’incertitudes. La prédominance de certaines entités et stratégies empêche la résolution de problèmes vitaux pour permettre à la force d’atteindre rapidement et efficacement ses objectifs. La maîtrise de l’information, les aspects psycho-sociaux des soldats français, les relations humaines sont autant de facteurs mobilisables pour comprendre la logique de l’armée française à cette époque. Enfin, nous observerons que l’école de la contingence a toute sa place dans l’analyse. En effet, les structures ont grandement été influencées par les buts fixés par les états-majors franco-britanniques. 

 

Céline Urbaniak, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, UMR 7303 TELEMMe

« Les auditeurs sont-ils des acteurs de la radio ? Éléments de réflexion sur les publics des médias à partir du cas de Radio Zinzine depuis 1981. »

Considérer les auditeurs et les auditrices d’une radio en tant qu’actrices et acteurs revient à se pencher, en sciences sociales, sur la question des publics. Si elle n’est pas neuve, la question des publics n’est encore aujourd’hui que partiellement défrichée dans le champ de recherche de l’histoire des médias. Elle suscite également l’intérêt, depuis longtemps déjà, de la sociologie, des sciences de l’information et de la communication, des études littéraires, pour ne citer que ces disciplines. Cerner les publics des médias reste une question complexe en histoire comme dans ces autres disciplines car l’objet en lui-même reste difficile à caractériser : un public ou des publics ? Un collectif ou des individus ? Une réception passive ou une agentivité ? Une réalité ou une construction intellectuelle ? 

Notre intérêt pour une recherche portant les relations entre une radio locale associative et ses auditeurs est venue de ce que nous avons pu trouver dans les sources dès notre travail de master : au-delà de l’organisation particulière de cette radio, créée en 1981 par une communauté libertaire installée près de Forcalquier, dans les Alpes de Haute-Provence, des contenus de ses programmes, marqués à la fois par un ancrage politique à gauche et par une ambition qualitative élevée, nous avons été frappée par la présence à la fois discrète mais multiforme et constante des auditeurs dans les archives de la radio comme dans la mémoire des témoins que nous avons pu interroger. Nous avons donc cherché, à travers des archives principalement privées, à mieux comprendre le rôle que les auditeurs d’une radio associative née avec la libéralisation des ondes en France pouvaient jouer dans sa pérennisation, à mieux cerner ce que peut représenter un tel média pour ses publics, à interroger ce que recouvre le terme d’auditeur quand on parle de l’écoute d’un média local et associatif, enfin à repérer des analogies mais aussi des différences avec ce que nous connaissons des publics des radios nationales, publiques ou privées, qui ont précédé l’éclosion des radios libres en France. 

 

Séminaire n°1 du cycle « acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales » : « pratiques et stratégies », mercredi 16 octobre 16h-18h (mmsh, aix-en-provence)

Nous vous convions au premier séminaire du cycle « Acteur(s) et actrice(s) en Sciences Humaines et Sociales » qui aura pour thématique les « Pratiques et stratégies ».