Archives de catégorie : Appel à communication

Appel à communications journée d’étude des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales », 12 mai 2021, MMSH, Aix-en-Provence

APPEL À COMMUNICATIONS 

Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe 

12 mai 2021

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Des guerres de Religion aux contentieux administratifs, des zones à défendre aux débats scolastiques, des manifestations altermondialistes aux disputes conjugales, la pluralité des formes du conflit rend difficile la compréhension de ses limites et de ses objets. Défini comme une « situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme », le conflit révèle les oppositions, les solidarités et les dynamiques de pouvoir au sein d’un système social. Il peut être envisagé comme un point de rupture, un bouleversement et participe à la transformation des sociétés par la remise en question des normes, pratiques, territoires et représentations, sans cesse renégociés. Au-delà de la seule dimension militaire du terme, le parti pris de cette journée d’étude interdisciplinaire sera de considérer le conflit dans toute sa complexité (acteurs, intensités, lieux, temporalités).

Le conflit a donné lieu à des définitions et traditions de recherches variées dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales qui cherchent à en comprendre les origines, les ressorts et les conséquences. L’analyse des conflits s’est ainsi affirmée au fondement même de certains champs d’études disciplinaires, tels que l’histoire des guerres depuis Hérodote ; la psychologie des conflits intra et interpersonnels ; la sociologie de la domination et des mouvements sociaux ; la géopolitique en géographie ; l’étude des désaccords esthétiques fondamentaux en histoire des arts ; l’examen des litiges et des modes de résolution des conflits dans les sciences juridiques.

Le conflit a pu être pensé alternativement comme un obstacle ou un levier de l’évolution des sociétés et des individus. La philosophie de l’histoire hégélienne puis marxiste a fait du processus conflictuel le moteur du changement social et de l’histoire.   La question a été longuement discutée en sociologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit,  au fondement de l’ordre social.

Dans un contexte encore influencé par le marxisme et nourri des premières approches post-modernes, les recherches sur les conflits connaissent de profonds renouvellements en France dans les années 1970, entre la géopolitique lacostienne et la sociologie des nouveaux mouvements sociaux d’Alain Touraine. Une vingtaine d’années plus tard, l’affirmation de la postmodernité et la fin des « grands récits », sur fond de chute du bloc communiste, conduisent à analyser de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux affrontements dématérialisés, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux.

Le conflit est donc une opposition structurelle et structurante qui crée et recrée, redéfinit et reconfigure les territoires et les acteurs·trices impliqué·e·s dans sa résolution. À ces dernièr·e·s de mobiliser les moyens d’action spécifiques à leur société, leur culture et à l’objet même de leur contentieux. Ici apparaît une dualité majeure de la notion de conflit : alors qu’elle révèle les tensions internes à un système d’acteurs·trices, elle mobilise aussitôt de nouvelles solidarités. C’est ce déplacement de l’axe de l’analyse de l’acteur·trice vers l’action qui a attiré l’intérêt des Jeunes chercheurs·ses de TELEMMe, dans la continuité du séminaire 2019-2020 sur les acteurs·trices en sciences humaines et sociales. Le conflit apporte une nouvelle dimension critique à la notion d’agentivité et nécessite une étude systématique de l’articulation entre antagonisme, solidarités et résolution pour définir une approche pluridisciplinaire de cette notion polymorphe des sciences humaines et sociales. 

Trois axes de réflexion sont ainsi proposés aux participant·e·s.

 

Axe 1 — Cerner le conflit

À partir de quand peut-on parler de conflit ? Quand débute et prend fin un conflit ? Quelles sont les échelles de conflit et comment s’imbriquent-elles ? Le type de conflit a-t-il une influence sur ses modalités d’expression ? Comment identifier et analyser les acteurs mobilisés ? Quelles sont les nouvelles formes de conflit (acteurs non-étatiques, nouveaux territoires, cyberconflictualité) ? De quelle(s) manière(s) les acteur·trice·s se représentent-ils dans les conflits ?

 Axe 2 — Conflit et (dés)ordre

Comment le conflit remet-il en cause un ordre social, territorial, politique, économique,  artistique etc. ? Comment réagissent les groupes sociaux pris dans les conflits (processus de socialisation, création de solidarités, d’antagonismes) ? Comment les conflits sont-ils représentés et/ou instrumentalisés ? Comment le conflit est-il institutionnalisé ? Dans quelle mesure certains conflits s’affranchissent-ils au contraire des normes établies ? En quoi le conflit est-il un outil de régulation de la société ? 

Axe 3 — Conflit et remise en ordre

Quels sont les modes de résolution des conflits (compromis, médiation, négociation, soumission, violence…) et leurs limites ?  Comment se recomposent les rapports de domination suite à la résolution des conflits ?  Comment le conflit crée-t-il de nouvelles normes ?  Quelles stratégies mettre en place pour prévenir, perpétuer ou fuir le conflit ?  Quelles postérités pour les conflits (mémoire, transmission) ?

 

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (géographie, histoire, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie, psychologie, sciences juridiques, science politique…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent. 

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 28 mars 2021 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement). 

Si les conditions sanitaires le permettent, la journée d’étude se tiendra le 12 mai 2021 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement. Le cas échéant, la rencontre pourra être organisée en visioconférence. 

 

COMITÉ D’ORGANISATION : 

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne 

Charlotte BLANCO, doctorante en géographie

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine 

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne 

Sascha PERROUX, doctorante en géographie

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine 

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain 

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie

Appel à communications : Journée d’études des jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe, « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales », 12 mai 2020, MMSH, Aix-en-Provence

« 14 juillet : après le défilé, la foule se disperse » (1919), Agence Meurisse, BNF

 

PROLONGATION PROPOSITION DE COMMUNICATIONS : 9 AVRIL 2020

 

APPEL À COMMUNICATION

Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales

Journée d’études des Jeunes chercheurs·euses de l’UMR TELEMMe

12 mai 2020
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence

Collectifs, animaux, objets, intelligences artificielles sont autant de catégories qui aujourd’hui questionnent les contours du concept d’acteur en sciences humaines et sociales. L’acteur·rice se caractérise comme celui ou celle qui agit, qui mène une action, ou encore qui interprète. Au-delà de cette définition, de nombreuses déclinaisons — actant, agent — ainsi que des termes connexes — sujet, individu, personne — révèlent des approches méthodologiques spécifiques parfois en opposition : individuel/collectif, micro/macro, subjectivisme/objectivisme, quantitatif/qualitatif, point de départ/d’arrivée de la réflexion, agissant/non agissant.

Interdisciplinaire, le concept d’acteur semble être omniprésent et constamment mobilisé dans les recherches menées en sciences humaines et sociales au point de faire consensus. Il apparaît comme unité fondamentale de nombreuses disciplines. Toutefois, la dialectique entre holisme et individualisme a fait l’objet de débats au sein des sciences humaines et sociales. Au début du XXe siècle, déjà, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique[1]. Cette critique a conduit l’école des Annales à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. En littérature, le structuralisme annonçait la mort de l’auteur dépossédé de son oeuvre[2]. Cependant, dans les années 1980, la crise des structures impersonnelles de l’analyse — idéologies, sociétés, économies — conduit à un « retour de l’acteur[3] » aux multiples visages : l’« inflexion actorielle[4] » en géographie, la microstoria[5], la théorie de l’acteur-réseau en sociologie[6], les capacités auto-instituantes de l’acteur en anthropologie[7], etc. Ainsi, au regard des multiples évolutions épistémologiques, il apparaît que la façon de concevoir l’acteur nest pas neutre et influence les analyses.

C’est dans cette même dynamique que le séminaire Jeunes chercheurs·euses s’inscrit. Le concept y a été exploré au prisme de quatre thématiques : « Pratiques et stratégies », « Normes et transgressions », « Mobilité et spatialité », « Genre et agentivité »[8]. La journée d’études « Acteur(s) et actrice(s) en sciences humaines et sociales » entend prolonger et élargir la réflexion autour de trois axes :

Axe 1 — Être acteur·rice

À quel moment devient-on acteur·rice ? Quels sont les contours et les limites du concept dacteur ? Comment la construction et la conscience d’être acteur·rice mêlent-elles les questions d’identité, de langage et de valeur ? Dans quelle mesure les sciences humaines et sociales participent-elles de la production de l’acteur·rice à travers les catégories qu’elles emploient ? 

Axe 2 — Acteur·rice en action

Quels sont les registres d’action et les stratégies déployés par les acteurs·rices ? Comment les acteurs·rices composent-ils/elles avec des normes et des valeurs ? Dans quelle mesure l’action permet-elle à l’acteur de se réaliser ? Comment le cadre de l’action altère-t-il l’expérience de l’acteur·rice et mobilise-t-il son agentivité ?

Axe 3 — Interagir entre acteurs·rices

Comment les acteurs·rices font-ils/elles système dans leurs interactions ? Comment et pourquoi les acteurs·rices s’organisent-ils/elles en collectif ? De quelles manières se construisent et s’articulent les rapports de pouvoir et de domination entre les acteurs·rices ? En quoi les réflexions autour des réseaux permettent-elles d’intégrer des éléments non-humains à l’analyse ?

Ces thématiques pourront être abordées à l’aide d’études de cas et de travaux empiriques issus de diverses disciplines (histoire, géographie, histoire de l’art et archéologie, sociologie, anthropologie, philosophie, langues et littérature, musicologie,  psychologie…). Les communications feront apparaître explicitement les spécificités épistémologiques des sujets qu’elles abordent.

Les propositions des doctorant·e·s ou des jeunes docteur·e·s devront être envoyées avant le 9 avril 2020 à l’adresse : jeunes.chercheurs.telemme@mmsh.univ-aix.fr. Elles comporteront un titre, un résumé de la communication projetée (500 mots environ) ainsi qu’une brève présentation de l’auteur·e (nom, situation, unité de rattachement).

La journée d’étude se tiendra le 12 mai 2020 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du château de l’horloge, 13094 Aix-en-Provence. Les frais de transport et d’hébergement restent à la charge des participant·e·s ou de leur institution de rattachement.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :

Dylan BECCARIA, doctorant en histoire moderne

Camille CAPAROS, doctorante en histoire moderne

Guillaume CONTINI, doctorant en histoire contemporaine
Zoë DUBUS, doctorante en histoire contemporaine

Romain FACCHINI, doctorant en histoire moderne

Béatrice HERMITTE, doctorante en histoire de l’art contemporain

Florie IMBERT-PELLISSIER, doctorante en histoire moderne

Mélina JOYEUX, doctorante en histoire contemporaine

Alexandre MAHUE, doctorant en histoire de l’art moderne

Soizic MORIN, doctorante en histoire contemporaine

Pablo PEREZ, doctorant en histoire moderne

Emmanuel PORTE, doctorant en histoire moderne

Tristan PORTIER, doctorant en histoire contemporaine

Julie RATEAU-HOLBACH, doctorante en histoire de l’art contemporain

Marguerite VALCIN, doctorante en géographie



[1] François Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et de M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, p. 1-22, 122-157, repris dans Méthode historique et sciences sociales, op. cit., p. 113-169.

[2] Roland Barthes, « The Death of Autor /La mort de l’auteur », Aspen Magazine, n°5/6, 1967.

[3] Alain Touraine, Le retour de lacteur. Essai de sociologie, Paris, Fayard, 1984 ; Jacques Le Goff, « Les ”retours” dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999.

[4] Michel Lussault, « Acteur », dans Jacques Lévy et Michel Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2013, p. 39-42. 

[5] Carlo Ginzburg, Le fromage et les vers, Paris, Flammarion, 1980.

[6] Madeleine Akrich, Michel Callon, Bruno Latour (éd.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, Les Presses, « Sciences sociales », 2006.

[7] Bernard Lepetit, « L’histoire prend-t-elle les acteurs au sérieux ? », dans François Dosse (dir.), Le temps réfléchi. L’histoire au risque des historiens, Espaces Temps, 59-61, 1995, p. 112-122.

[8] Voir le programme complet sur le carnet des Jeunes chercheurs·seuses de TELEMMe : https://jjctelemme.hypotheses.org

AAC Acteur(s) actrice(s)

Appel à communication. « Le dégoût : vécu, perception, représentations et histoire »

Séminaire organisé par : Laura Bordes, Aurore Guitry, Pierre Léger, Mathilde Mougin, Emmanuel Porte

Télécharger l’appel à communication

Télécharger l’affiche

Cher·e·s doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s d’AMU,
Suite à la labellisation de notre projet par la fédération CRISIS, nous organisons cette année un séminaire de recherche sur la notion de « DEGOUT ». Ce thème, recelant des enjeux multiples – historiques, littéraires, esthétiques, sociologiques, philosophiques, et d’autres encore -, appelle une approche pluridisciplinaire permettant à de jeunes chercheurs de l’Université d’Aix-Marseille et d’ailleurs de se rencontrer et d’enrichir leurs réflexions respectives.

Ce séminaire comportera cinq séances réparties sur l’année 2018-2019. Elles se dérouleront le mercredi de 14 à 16h, à la Maison de la Recherche. Au cours de chacune d’entre elles interviendront un enseignant-chercheur d’AMU ainsi que deux doctorants.

M. Giuseppe di Liberti, MCF en philosophie, proposera pour la première séance du 10 octobre une introduction sur l’histoire de cette idée esthétique. Nous vous invitons donc chaleureusement à proposer également une intervention d’une vingtaine de minutes autour de la notion de dégoût si vous le souhaitez. Vous pouvez nous contacter à cette adresse : sjc.degout@gmail.com.


Vous trouverez en pièce jointe l’appel à communications pour toute la durée de ce séminaire qui reste ouvert à toute autre proposition sur la notion. Vous trouverez également le détail des modalités d’intervention ainsi que l’affiche du séminaire avec toutes les dates prévues dans l’année ainsi que le nom des enseignants-chercheurs qui nous accompagneront dans notre réflexion sur la notion.

Nous vous souhaitons à tous une belle rentrée, et espérons vous voir nombreux à notre séminaire.

Les organisateurs

Laura Bordes
Aurore Guitry
Pierre Léger
Mathilde Mougin
Emmanuel Porte

Penser les environnements en sciences humaines et sociales. Journée Jeunes chercheurs de l’UMR 7303 TELEMMe, 16 mai 2018 (deadline 3 avril 2018)

APPEL À COMMUNICATION

Penser les environnements en sciences humaines et sociales

Journée d’étude des Jeunes chercheurs de l’UMR TELEMMe

Mercredi 16 mai 2018

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) Aix-en-Provence

Continuer la lecture de Penser les environnements en sciences humaines et sociales. Journée Jeunes chercheurs de l’UMR 7303 TELEMMe, 16 mai 2018 (deadline 3 avril 2018)

Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Cette année, les Jeunes Chercheurs TELEMMe sont partenaires de la revue de sciences sociales Forma. Revista d’Estudis Comparatius de l’Université de Pompeu Fabra à Barcelone. Ainsi, Forma propose un numéro thématique en lien avec le thème de la Journée des Jeunes Chercheurs TELEMMe du 3 mai 2017, autour des objets et de la prise en compte de la matérialité dans les sciences sociales.

Forma a donc ouvert un appel à contribution intitulé « The object. A research path in Humanities and Social Sciences » pour le 29 septembre 2017. Continuer la lecture de Journée « Objets en réflexion(s) ». Suite et perspectives

Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales

Appel à communication

Journée « jeunes chercheurs TELEMMe » du 3 mai 2017

Les objets comme objet d’étude.

Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales ?

 

Parmi les tournants épistémologiques qui ont traversé les sciences humaines et sociales, le « material turn » a reçu, depuis les années 1980, un écho particulièrement vif au sein de nombreuses disciplines. Qu’il s’agisse des réflexions autour du concept de « sémiophore » (POMIAN, 1987), des études sur la culture matérielle (ROCHE, 1997), ou encore des « visual studies » où les artefacts sont envisagés comme porteurs de significations, toutes suggèrent de dépasser l’apparente banalité des choses du quotidien. Continuer la lecture de Appel à communication, journées d’études du 3 mai 2017. Les objets comme objet d’études. Comment appréhender la matérialité en sciences humaines et sociales