Archives de catégorie : Billets

Résumé communication JE 2021, « Le(s) conflit(s) en SHS » : Dylan Beccaria, « « N’ayant heu aultre affaire ny querelle precedante avec ledict deffunct » : le conflit et son récit dans les affaires de rémission aux XVIe et XVIIe siècles »

Qu’elles mettent en avant une dispute conjugale, des échanges d’injures en public, un duel pour point d’honneur, une rixe de taverne ou encore des combats armés entre bandes de jeunes, les lettres de grâce sont un observatoire de choix pour étudier les conflits à l’époque moderne. Ces actes de chancellerie, par lesquels le Prince pardonne un crime et restaure son auteur dans « sa bonne fame et renommee » (C. Gauvard, 1991), fournissent en effet un récit détaillé des faits ayant conduit au crime. Ces récits trouvent leur origine dans les suppliques formulées par les criminels, ou par leurs proches, afin de solliciter le pardon du roi. Ils laissent à ce titre une large place à la description des conflits, puisque les affaires pardonnées impliquent presque toujours un antagonisme que les suppliants doivent décrire longuement. Pourtant, la source est discutée. En effet, seules les affaires bénéficiant de circonstances atténuantes peuvent prétendre à la clémence du souverain. L’exposé doit ainsi montrer que le crime en question répond bien aux exigences de rémissibilité et que son auteur mérite le pardon du roi. Nombre de spécialistes considèrent donc ces discours comme biaisés (P. Braun, 1984 ; N. Zemon Davis, 1989 ; S. Blot-Maccagnan, 2010), tandis que d’autres estiment qu’ils ne pouvaient guère s’éloigner de la réalité (C. Gauvard, 1991 ; M. Nassiet, 2011), notamment parce que, pour que la grâce soit effective, le récit du suppliant était soumis à l’examen d’une cour de justice lors de la procédure d’entérinement, ce qui représentait un risque réel pour le criminel en cas de faux aveux.
À partir des affaires de rémission entérinées par le Parlement et les sénéchaussées de Provence aux XVIe et XVIIe siècles, cette communication a pour objectif d’étudier le conflit tel qu’il est présenté par les candidats à la grâce royale dans leurs récits. Si la part de vérité dans ces sources est difficile à apprécier, il est évident que chaque supplique s’appuie sur des principes rhétoriques et des codes langagiers préétablis qui évoluent sur l’ensemble de la période envisagée. Ces biais, qui concernent particulièrement la description du conflit précédant le crime, fournissent un matériel intéressant pour l’historien : étudier la manière dont le principal acteur d’un conflit justifie ses actes permet de voir quels éléments sont susceptibles d’en atténuer la gravité dans l’imaginaire collectif de l’époque et ainsi, d’appréhender en partie la façon dont la société d’Ancien Régime perçoit la violence et ses modes d’expression dans le cadre d’un affrontement.
 
Dylan Beccaria, doctorant en histoire moderne, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021, « Le(s) conflit(s) en SHS » : Soizic Morin, « Des soignantes en conflit au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône : entre maintien des normes sociales et outil d’émancipation »

L’image d’une soignante docile et obéissante aux docteurs ou aux administrateurs des hôpitaux par exemple est déjà une image d’Épinal pour le XIXe siècle. Les sources font apparaître plusieurs conflits entre des soignantes et des autorités masculines dans les Bouches-du-Rhône. Notre communication s’est centrée sur le cas des sœurs hospitalières et des sages-femmes. Même si elles n’entrent pas en conflit pour les mêmes raisons et ni à la même période, nous avons pu déceler quelques points communs. Les conflits prennent naissance que sous certaines conditions. Tout d’abord, il faut un lien d’interdépendance entre les deux parties. Les sœurs hospitalières actrices de conflits importants avec les administrateurs des hospices civils durant la première moitié du XIXe siècle deviennent seulement un objet de conflits au moment de la laïcisation. Elles ont perdu leur monopole de soins dans les hôpitaux avec la venue très progressive des infirmières laïques. De plus, la question de la formation est essentielle. Elle apporte une légitimité et probablement une certaine estime de soi aux soignantes. Les sages-femmes prennent conscience petit à petit de la légitimité que leur offre leur diplôme et n’hésitent pas à former un syndicat à la fin du XIXe siècle. Par ce syndicat, elles réclament certaines prérogatives comme l’utilisation du forceps.

Néanmoins, il ne faudrait pas non plus voir ces conflits uniquement sous l’angle d’une émancipation totale de ces femmes face à l’autorité masculine. Ces conflits ont souvent pour objet de faire respecter une norme sociale et une hiérarchie ancienne. Par exemple, les Augustines à la fin des années 1820 entrent en conflit avec les administrateurs des hospices civils de Marseille parce qu’elles ne reconnaissent pas leur autorité, c’est celle de l’évêque qui prime pour elles ; de même, les sages-femmes qui ont créé le syndicat national font tout pour éviter d’entrer en conflit avec des médecins. Ceci peut même provoquer des conflits avec des branches locales comme celle des Bouches-du-Rhône.

Soizic Morin, doctorante en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Kelly Redouté, « La gouvernance rurale à l’épreuve des conflits. L’exemple du conflit foncier de Chocholá (Mexique) »

En s’inscrivant dans le courant de la géographie des conflits, cette communication propose d’interroger la productivité territoriale d’un conflit qui affecte le village de Chocholá, au sud-est du Mexique. Ce conflit a explosé en 2012 consécutivement à la vente d’une parcelle ejidale pour la construction d’une usine à chaux ; les transactions foncières au sein des ejidos étant formellement autorisées depuis 1992. À partir d’une lecture processuelle et relationnelle du conflit de Chocholá, l’analyse donne à voir la complexité et la multiformité des processus territoriaux enchevêtrés dans les dynamiques conflictuelles, en termes de construction identitaire et de négociation des normes qui encadrent le gouvernement des espaces ruraux mexicains, ainsi que les modalités d’articulation de ces différentes dimensions du concept de « territoire ». Influencés par la diffusion du discours autochtone, tout en faisant l’objet d’une traduction territoriale propre aux préoccupations locales, ces processus traduisent une tentative de territorialisation de l’action publique et d’enracinement local du droit par les acteurs locaux.

Kelly Redouté, doctorante en géographie, EHESS, UMR 8504 Géographie-cités

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Tristan Portier, « Déchirements communautaires autour du cimetière séculier : le cas de la paroisse de Bath St Saviour’s (1859-1862) »

Au milieu de son siècle industriel, la Grande-Bretagne fait face à une crise grave : les villes où s’entasse sa population sont bâties sur des cimetières insalubres et saturés. Cinquante ans après le décret napoléonien de prairial sur les cimetières, le gouvernement britannique initie sa propre réforme funéraire. Soudainement mis sur le devant de la scène, les vestries, conseils des électeurs séculiers des paroisses, sont investis du pouvoir de construire et d’administrer les cimetières modernes de l’Angleterre victorienne, après des siècles de monopole de l’église officielle. Le résultat ? Une collaboration tendue entre les recteurs locaux et leurs communautés pour atteindre un délicat équilibre des pouvoirs et des revenus. Mais dans la ville thermale de Bath, la paroisse de St Saviour’s plonge dans une crise grandissante quand son recteur, le révérend Stamer, et son avocat personnel, Nathaniel Cowdry, instrumentalisent la réforme à leur profit. En 1859, Stamer prend la tête du comité chargé de construire le nouveau cimetière, et nomme Cowdry secrétaire et avocat du comité, prenant une position dominante dans les débats. Des plans sont établis pour un terrain à Batheaston détenu par la famille Cowdry, et dont les revenus pourraient finir dans l’escarcelle de Stamer lui-même, qui conserverait de fait son emprise sur les inscriptions tombales et les services funéraires, soit les expressions religieuses et sociales du deuil.

Mais quand leur projet se retrouve au coeur d’une bataille judiciaire avec la paroisse voisine de Walcot St Swithin’s, l’hostilité grandissante de leur propre paroisse révèle des lignes de fracture autour des questions de liberté de culte, de financement du clergé et de transparence des institutions paroissiales. Face à Stamer et Cowdry se dresse un commerçant du nom de James Chaffin, qui critique de manière virulente les méthodes et les motivations du duo. Choqué par l’autoritarisme cassant du recteur et le matraquage judiciaire de son avocat, il unit la paroisse par des votes successifs qui l’érigent en rival du recteur, et parvient à provoquer une crise de gouvernance locale qui se prolonge jusqu’en 1862. La violence rare et cocasse qui en résulte cristallise la rupture entre le recteur et son cheptel. La paroisse sort de multiples procès ébranlée et endettée, mais confortée dans son expérience de la démocratie locale séculière.

 
Tristan Portier, doctorant en histoire contemporaine, AMU-CNRS, TELEMMe

Résumé communication JE 2021 « Le(s) conflit(s) en SHS » : Aude-Line Gervais, «  Conflit ou rivalité ? Le cas de la concurrence entre établissements publics et privés à Marseille  »  

Une enquête de terrain dans des établissements scolaires situés dans les quartiers nord de Marseille m’a conduit à mettre en évidence la relation de concurrence qu’entretient un collège privé catholique vis-à-vis de deux collèges publics. Cette concurrence repose sur une stratégie d’attractivité du collège privé afin de capter une partie de la ressource scolaire de ces établissements.  

A partir d’entretiens menés avec des enseignants et chefs d’établissements, j’ai constaté que la relation entre les représentants des deux collèges publics et de ceux du collège privé, que je supposais conflictuelle, pouvait difficilement être appréhendée comme telle étant donné que ces acteurs ne semblaient pas se représenter en situation de conflictualité les uns par rapport aux autres. Comment donc appréhender la relation entre ces établissements scolaires ? La notion de conflit est-elle bien pertinente ? N’est-il pas préférable de lui opposer celle de rivalité ? Mais ce terme, absent des dictionnaires de géographie, et systématiquement appréhendé à partir de la notion de conflit dans la littérature scientifique, a-t-il une portée heuristique ? Ma communication tente donc d’envisager la rivalité comme un concept, à partir d’un essai de définition, d’une réflexion autour des outils d’analyse géographiques permettant de l’appréhender, ainsi que d’un retour réflexif sur les difficultés méthodologiques rencontrées dans l’exercice de l’entretien.  

Aude-Line Gervais, doctorante en géographie, AMU-CNRS, TELEMMe

Journée d’étude 12 mai 2021 – Le(s) conflit(s) en sciences humaines et sociales : Introduction par Mélina Joyeux et Camille Caparos

Le(s) conflit(s) en SHS

Introduction

Remerciements

Chaque année, les Jeunes chercheurs et chercheuses du laboratoire TELEMMe organisent une journée d’études pluridisciplinaire, pour permettre à des doctorants et doctorantes issus de différentes sciences humaines et sociales de se rencontrer et de mettre en commun leurs réflexions autour d’objets d’étude transversaux. Pour la deuxième année consécutive, ce moment d’échanges qui nous est cher se tient malheureusement à distance. Mais en dépit des conditions sanitaires qui complexifient l’organisation et la tenue d’événements scientifiques, le laboratoire TELEMMe a encore une fois apporté son concours à la réalisation de cette journée. Nous souhaitons donc adresser tous nos remerciements à l’ensemble de l’équipe de notre UMR, à la fois sa direction et ses personnels administratifs, et en particulier Mesdames Anne Montenach, Agnès Rabion ou Delphine Cavallo, pour leur soutien depuis le début de cette crise. Nous remercions également les chercheurs et chercheuses qui ont accepté de modérer les différentes sessions de cette journée : Béatrice Mesini, Lucien Faggion, Anne Cadoret et Karima Dirèche. Enfin, nos remerciements vont également à l’équipe de l’École doctorale 355, en particulier à sa directrice, Sabine Luciani, qui soutient notre groupe de travail et ses journées d’étude depuis leurs créations. 

Présentation du thème

« La grande querelle du ménage ». Cette image d’Épinal, que nous avons choisie cette année pour illustrer l’affiche de notre journée d’études et notre carnet Hypothèses, dépeint de façon satirique le déchirement d’un couple. Les meubles renversés ou brisés, les visages déformés par la colère, les mains prêtes à asséner un coup de bâton ou de serpillère ; tout dans la scène évoque la violence de la dispute conjugale. Le torchon brûle autour d’un objet : la culotte. Ou plutôt d’une question : qui porte la culotte dans le couple ? Car la source du conflit est ici, comme souvent, la relation de pouvoir et de domination qui se noue, se dénoue, se négocie et se renégocie dans les interactions humaines. Le conflit implique une pluralité de personnages, qu’ils en soient acteurs ou spectateurs, qu’ils l’encouragent, y participent ou tentent d’y remédier. Il ne concerne plus seulement le couple mais la famille entière à travers l’interposition des enfants et des animaux domestiques ; il sort de l’intimité du foyer sous le regard curieux de la voisine postée à la fenêtre et semble désormais intéresser la société entière. Le désordre de la pièce symbolise alors la remise en question d’un ordre social, en l’occurence celui qui régit les relations hommes/femmes dans la France du XIXe siècle.

 

Modalités d’expression de la violence, relations de pouvoir et interactions entre des acteurs variés, remise en question et redéfinition d’un ordre social ; autant d’enjeux qui ont motivé les Jeunes chercheur·euses de TELEMMe à travailler cette année, dans nos ateliers et pour cette journée d’études, sur le thème du – ou plutôt des – conflit(s) en sciences humaines et sociales. Ce choix nous a permis de prolonger les réflexions engagées l’an dernier sur les acteurs, leur agentivité, leurs stratégies, leur place au sein des structures collectives et sociales.

 

Du conflit comme moteur de l’histoire dans la philosophie marxiste au conflit psychique en psychologie ; de l’étude des conflits armés en histoire et en géopolitique à celle des mouvements sociaux en sociologie, le conflit a été et est toujours au cœur de nombreuses recherches en sciences humaines et sociales. C’est donc autour d’un objet inter- voire pluri-disciplinaire que nous nous retrouvons aujourd’hui, dans l’espoir de faire dialoguer des approches, des méthodes, des études de cas et des terrains divers, dans la tradition des journées d’étude des Jeunes chercheur·euse·s TELEMMe. 

1 – Délimiter la notion de conflit

L’enjeu de cette journée est en effet d’aborder le conflit sous toutes ses formes, sans se limiter à sa définition militaire, c’est-à-dire aux conflits armés entre entités souveraines. Bien sûr, cette dimension a occupé et occupe encore une place importante dans certaines disciplines. Des premières analyses d’Hérodote sur les guerres médiques à l’histoire-bataille de la fin du XIXe siècle, la guerre, forme ultime du conflit, est ainsi apparue comme l’objet historique par excellence. Mais à partir du milieu du XIXe siècle et jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle, le développement des théories socialistes puis marxistes a contribué à déplacer la grille de lecture de la conflictualité vers les antagonismes économiques et sociaux qui structurent les rapports de classe. Puis, dès les années 1970 et plus encore depuis les années 1990, l’affirmation de la postmodernité, la crise des « grands récits » et le « retour de l’acteur » ont déplacé la focale sur les conflits culturels et sur l’analyse de nouveaux objets, acteurs et territoires de conflictualité, allant des guerres asymétriques aux cyber-affrontements, en passant par la reconfiguration des antagonismes sociaux. Les sciences humaines et sociales se sont ainsi attachées à saisir le conflit dans toute sa complexité, cherchant à en comprendre les causes et les conséquences, les échelles et les temporalités, les multiples formes d’expression et acteurs, les perceptions et les représentations, au gré des renouvellements épistémologiques et des mutations des formes de conflictualité contemporaines. 

Mais derrière cette diversité, comment définir le conflit ? Dans notre appel à communication, nous avions choisi de le désigner comme « une situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme ». Avec cette définition, empruntée aux psychologues Dominique Picard et Edmond Marc, nous avons fait le choix de considérer le conflit dans sa dimension systémique. D’une part, le conflit s’inscrit dans le temps : il ne se réduit pas à un événement ponctuel, soudain et spontané comme une dispute, une altercation ou une rixe. Il se construit progressivement, dans le cadre d’une relation suivie entre des acteurs ou des groupes d’acteurs qui s’identifient mutuellement comme le « camp » adverse. En effet, un conflit se déroule dans le cadre d’un système social qui implique une structuration, une organisation, des « règles » d’affrontement sans cesse renégociées. Le conflit se forme précisément parce qu’il existe une forte interdépendance entre des adversaires qui ne sont pas seulement des compétiteurs ou des rivaux, mais qui partagent des objectifs communs fondamentaux incompatibles : chaque camp veut la même chose – par exemple le contrôle d’une ressource, le pouvoir, l’affirmation d’une domination sur l’adversaire, la recherche d’une reconnaissance dans le cadre d’un rapport asymétrique –, mais un seul peut l’avoir. Ce qui fonde le conflit, c’est cet antagonisme, ces intérêts divergents qui, à la différence des tensions, des rivalités ou de la concurrence, ne peuvent coexister et ne peuvent plus être mis de côté : ces éléments contraires se heurtent alors dans un « choc » – conflictus en latin. Le conflit, c’est donc le stade de l’affrontement, qui implique toujours une forme de violence – qu’elle soit armée, économique, symbolique ou psychologique –, un engagement crédible de ses acteurs, un coût financier et symbolique, des conséquences à plus ou moins long terme.

Reste à savoir s’il y a différence de nature ou simplement de degré entre la tension, la rivalité, la concurrence et le conflit : toute interaction sociale est-elle potentiellement porteuse de conflit ? Le conflit n’est-il qu’un stade d’une relation sociale, une gradation par rapport aux tensions ; ou bien constitue-t-il au contraire une rupture, un basculement anormal de cette relation sociale ? À partir de quand peut-on parler de conflit et comment les acteurs et actrices perçoivent-ils/elles cette limite ? Autant de réflexions que la première session de notre journée d’études prolongera en abordant la délimitation du conflit à travers deux cas d’étude concrets : Aude-Line Gervais, doctorante en géographie, tâchera de qualifier la nature des relations entre écoles publiques et privées à Marseille, puis Sarah Kerboas, doctorante en anthropologie sociale, interrogera les nouvelles formes de conflictualité induites par le développement du “volontourisme” au Cambodge. 

2 – Conflit et désordre

Ces réflexions autour de la nature du conflit et de ses rapports avec d’autres formes d’interactions sociales sont aussi celles de chercheurs qui interrogent son rôle et ses conséquences sur les systèmes sociaux et leur évolution. En effet, et c’est là une caractéristique essentielle qui vient compléter sa définition, le conflit est toujours porteur d’une remise en cause d’un système de rapports sociaux, il rompt un équilibre. C’est un moment de bouleversement et de redéfinition des repères et des cadres qui structurent une société.

Le conflit a ainsi pu être pensé alternativement comme un obstacle ou au contraire un moteur de l’évolution des sociétés et des individus. La question a longuement été discutée en philosophie, en sociologie ou encore en psychologie, selon que les auteurs placent l’intégration et le consensus, ou au contraire le conflit, au fondement de l’ordre social. La première option puise dans une longue tradition intellectuelle qui, depuis l’Antiquité, perçoit le conflit – surtout s’il se déroule au sein d’une même société – comme un facteur de désordre et de chaos : c’est la menace de la stasis chez les Grecs, de la fitna dans la philosophie arabe, qui doivent à tout prix être évitées. Pour les partisans de la théorie de l’intégration comme Émile Durkheim, le conflit est une anomalie, une pathologie qui résulte d’un manque d’intégration et rompt la cohésion sociale, menaçant donc le fonctionnement de la société en question. À l’inverse, la philosophie de l’histoire marxiste, inspirée de la dialectique hégélienne, a fait du processus conflictuel – à travers la lutte des classes – le moteur du changement social et donc de l’histoire. C’est la position défendue par les tenants de la sociologie du conflit, qui s’est développée dans les années 1960-1970, dans la lignée des travaux fondateurs de Georg Simmel au début du siècle, et dont le principal représentant en France est Alain Touraine. Le conflit révèle les tensions, les blocages d’une société, et permet de les dépasser en produisant de nouvelles normes et valeurs, en redistribuant les rôles et le pouvoir. Il n’est pas pas uniquement destructeur, il est créateur d’un nouvel ordre social. D’ailleurs, Simmel dépasse cette opposition entre ordre et désordre en montrant que le conflit peut précisément être un facteur d’intégration, en tant qu’il est une forme de relation sociale et que les acteurs et actrices pris dans le conflit sont amenés à créer des solidarités.

Se nourrissant de ces réflexions dans une démarche d’histoire sociale, les communications offertes dans la deuxième session de la journée par Dylan Beccaria, Soizic Morin et Tristan Portier, doctorants et doctorante en histoire moderne et contemporaine, illustrent la façon dont les conflits sont rapportés, instrumentalisés et institutionnalisés par divers groupes sociaux tels que les gens du peuple aux XVIe et XVIIe siècles, les soignantes des Bouches-du-Rhône ou les paroissiens rivaux de Bath au XIXe siècle. Dans ces divers conflits, les acteurs et actrices sont confrontés à des règles établies, à des normes construites ou en construction et tentent, par diverses stratégies, de s’en affranchir ou au contraire d’en jouer. Le conflit apparaît alors à la fois comme un mode d’action et un outil de régulation de la société. 

3 – Résoudre le conflit 

Or, si le conflit participe à la régulation de la société, il faut en retour se demander comment la société régule le conflit. Quelles options donne-t-elle aux acteur·ice·s pour sortir du conflit ? Comment le nouvel équilibre dont il était question se construit-il ? La question des modes de résolution du conflit a intéressé plusieurs disciplines des SHS, au premier rang desquelles les sciences juridiques. Le droit, en tant qu’outil de gestion des conflits par excellence, témoigne de la volonté d’une société d’encadrer les affrontements en son sein à travers un éventail de procédures et d’institutions qui évoluent avec le temps, du duel médiéval aux nouvelles procédures de médiation et d’arbitrage en passant par les procès au tribunal. Par là-même, ces différents instruments juridiques confèrent une visibilité aux affrontements et intègrent les répertoires d’action des acteur·ice·s : ils apparaissent donc à la fois comme des modes de résolution et d’expression du conflit. Ces interrogations ont trouvé leur prolongement dans différentes disciplines, de la science politique à l’histoire en passant par la géographie, qui ont montré combien les stratégies des acteur·ice·s, les processus de négociation et de renégociation du rôle de chacun dans le conflit, importent parfois davantage que la résolution en elle-même. Au-delà de son issue, ce sont bien les dynamiques à l’œuvre au sein-même du conflit qui laissent une empreinte durable sur les sociétés et les territoires. 

La géographie des conflits a ainsi cherché à comprendre comment les conflits transforment les territoires et le rapport des acteurs à ceux-ci. Elle puise à la fois dans les apports de la sociologie du conflit et dans les nouvelles méthodes et problématiques de la géopolitique, qui s’est développée en France depuis les années 1970 avec l’ouvrage fondateur d’Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre. L’espace est analysé comme le théâtre ou l’enjeu du conflit. L’approche multiscalaire permet une compréhension plus fine des dynamiques spatiales et des jeux de pouvoir à l’œuvre, tant à l’échelle régionale ou urbaine dans le sillage des travaux de Béatrice Giblin que dans la perspective des études environnementales où les conflits d’usage font l’objet d’une attention particulière.

Deux communications interrogeront ces enjeux à travers des approches disciplinaires et des cadres spatio-temporels très différents. Pablo Perez, doctorant en histoire moderne, propose d’étudier un litige entre les membres d’une famille commerçante d’origine italienne en analysant l’enchevêtrement des modes publics et privés de résolution des conflits. À partir d’une étude de cas menée à l’échelle régionale sur un conflit foncier au Mexique, Kelly Redouté, doctorante en géographie, tentera quant à elle de saisir les incidences des dynamiques conflictuelles sur les processus territoriaux, les politiques de développement et les systèmes de gouvernance locale. Ces deux communications montreront ainsi que les conséquences d’un conflit ne découlent pas uniquement de son issue mais bien plutôt des dynamiques de maintien ou de négociation d’un ordre social, politique et économique qui s’y jouent.

4 – Mémoires et postérité du conflit 

La recomposition des rapports de domination dans et à l’issue du conflit renvoie au processus complexe de la « remise en ordre », de la reconstruction des sociétés et interroge une nouvelle fois les limites et les temporalités de la conflictualité. Quand le conflit prend-il réellement fin ? Lorsque les affrontements s’achèvent ? Ou bien persiste-t-il et sous quelles formes ? La conception du conflit comme fait social total a ouvert la voie à des réflexions sur les sorties de guerre et les processus de pacification des sociétés, notamment en science politique et en histoire autour de l’approche culturelle du « fait guerrier ». Elles ont mis en évidence les permanences du conflit dans les représentations et les mémoires individuelles et collectives, et ce bien après la fin des affrontements. 

L’histoire de l’art et les études littéraires se sont particulièrement intéressées à cette question de la représentation des conflits, et en particulier des conflits armés. Des représentations héroïques du combat dans la céramique grecque ou la peinture de bataille à la dénonciation des horreurs de la guerre dans le Guernica de Picasso ou la photographie de la « petite fille au napalm » de Nick Ut, l’art met en scène le conflit et véhicule un message politique sur celui-ci, pour ses contemporains et pour la postérité. Les arts et les lettres apparaissent aussi comme des moyens de propagande et de mobilisation. Ils participent à la construction de la figure de « l’ennemi » et à la création d’une « culture de guerre » qui marquent durablement les imaginaires collectifs. Enfin, la vocation commémorative et didactique de certaines productions culturelles en font des vecteurs privilégiés de transmission et de sédimentation des représentations nées du conflit et le prolongent en quelque sorte dans les mémoires collectives. 

S’intéresser à la postérité du conflit, c’est ainsi s’intéresser aux discours qui persistent sur lui dans les sociétés en voie de pacification, et à la façon dont ils structurent l’identité de groupes antagonistes. Différentes sciences humaines et sociales, au premier rang desquelles l’histoire et la science politique, se sont alors intéressées à la question de la mémoire des conflits, dans un contexte marqué par les mobilisations et constructions mémorielles des victimes de la Shoah. Le sociologue Maurice Halbwachs a été le premier à définir la mémoire collective comme un objet social qui se fonde sur la reconstruction intentionnelle d’éléments du passé pour construire une conscience collective, en se détachant peu à peu de la mémoire vive des individus (les souvenirs, le vécu). Ce caractère reconstruit et donc sélectif de la mémoire a conduit les historiens à réfléchir à ses rapports avec l’histoire, dans la lignée des travaux de Pierre Nora dans les années 1980. Dans les Lieux de mémoire, il explique notamment que la mémoire, par nature multiple, devient un enjeu de domination entre des groupes porteurs de revendications concurrentes. Elle est donc elle-même vectrice de conflictualité, entre un récit officiel et des récits alternatifs minoritaires, a fortiori dans un contexte où s’affirment des enjeux politiques et polémiques autour des lois mémorielles. L’apaisement des mémoires devient alors un préalable à la pacification durable des sociétés. 

Les deux dernières interventions analyseront ces discours qui mettent en scène la conflictualité a posteriori, dans des temporalités et des objectifs différents. Lola Jordan, doctorante en histoire, étudiera la représentation presque immédiate de la révolution asturienne de 1934 dans la littérature française. Lamia Mellal, titulaire d’un master en histoire contemporaine et en science politique qui prépare actuellement un projet de thèse, comparera quant à elle deux dispositifs d’enseignement de l’histoire qui visent à dépasser les mémoires conflictuelles nées de la première guerre israélo-palestinien et de la guerre d’Algérie.

Mélina Joyeux, Camille Caparos

« Regards croisés sur des fléaux épidémiques, 1720-2021 », 28 avril 2021, 9h-17h

Journée d’étude organisée par les associations étudiantes Courant d’art et Archéopterre (AMU) avec le soutien du Musée d’Histoire de Marseille et l’UMR TELEMMe, AMU-CNRS

Programme 

9h Introduction

Isabelle Renaudet, TELEMMe (AMU-CNRS)

 

Serge Morand, Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, CNRS

Pour une histoire globale des maladies infectieuses.

 

Gilbert Buti, TELEMMe (AMU-CNRS)
Se protéger et repousser la contagion en Provence en 1720-1722

 

Magali Théron, TELEMMe (AMU-CNRS)
Aegros curare. Peindre la peste en Provence à l’époque moderne : du tableau de dévotion à la peinture de bataille 

 

14h

Anne-Marie Moulin, SPHERE, CNRS

L’aventure de la vaccination

 

Patrick Zylberman,  EHSP

Un souffle d’apathie : l’Union européenne et la sécurité sanitaire

 

Association Courant d’art et Archéopterre, AMU

La pandémie de COVID-19 vue par des étudiant.es

Pour recevoir le lien vous permettant d’assister à la Journée d’études, merci de contacter Isabelle Renaudet à son adresse de l’université (AMU).