Archives de catégorie : Résumés de communications

Séminaire Jeunes Chercheurs·seuses de TELEMMe, Guillaume Contini, « Une brève histoire du déminage et de la dépollution du territoire français au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », « Acteurs et actrices en sciences humaines et sociales »- 16 octobre 2019, MMSH, Aix-en-Provence

Cette présentation a pour objet les mines, et non des bombes, donc d’engins posé au sol ou flottant par les forces armées, et non largués depuis le ciel.

Qu’est-ce qu’une mine : c’est un récipient, fait en de multiples matériaux, rempli d’explosifs. L’allumeur, situé sur le dessus, percute un détonateur sous l’effet d’une pression. Celui-ci va alors enflammer l’explosif et provoquer une détonation.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l’Armée française n’a que peut miner le territoire national, seul les frontières belges et allemandes possèdent quelques champs de mines et routes piégées L’essentiel de la défense repose sur les casemates, les réseaux de barbelés et les forts de la Ligne Maginot. Après l’armistice de juin 1940, les forces allemandes ont dans un premier temps miné la côte atlantique, puis la Méditerranée à partir de 1942. Une fois découverts, ces champs de mines sont répertoriés et cartographiés. Ils peuvent alors être relativement rapides à déminer, car répondant à des schémas types d’implantation. Lors de leurs retraites, les Allemands ont essaimé des mines sur l’ensemble du territoire français. On estime en 1944/1945 500 000ha piégé[1]. La France libérée, il se pose alors la question de l’enlèvement et de la dépollution du territoire.

Quels étaient les acteurs de ce déminage et de cette dépollution, et comment celles-ci se sont organisée ?

Quels regards portent aujourd’hui les Sciences Humaines et Sociales sur ceux-ci ?

Nous verrons dans une première partie les acteurs de cette entreprise de grande envergure, et dans une seconde partie les méthodes déployées pour y parvenir. Compte tenu du peu d’informations accessible pour le sud de la France, mon exposé présentera un aperçu sur l’ensemble du territoire, avec des sources provenant de plusieurs archives départementales et municipales, et du Service Historique de la Défense.

 

  1. La mise en place du déminage en 1944, entre volontaires et réquisitionnés

Les premières opérations de déminage furent entreprises par les unités spécialisées des armées alliées au cours même des combats. Dès septembre 1944, le service du Génie rural, dépendant du Ministère de l’Agriculture, faisait procéder aux premiers travaux de dépollution, associé à l’Armée et aux services de la Défense Passive. Devant l’ampleur du problème à résoudre, il apparut nécessaire, en février 1945, de coordonner ces activités.

 

  1. La création du Service de Déminage

En janvier 1945, les autorités militaires alliées déclarèrent au Gouvernement provisoire français que les forces armées ne voulaient plus assumer la responsabilité de l’élimination des engins de guerre, se concentrant sur les opérations militaires encore en cours. La Direction du Déminage est créée au sein du Ministère de la Reconstruction, avec comme chef de service, Raymond Aubrac, ancien résistant et compagnon de la Libération. Ce service eu comme tache de prendre en charge l’ensemble des travaux de déminage, de désobusage et de dépollution pyrotechnique.

L’activité du Service de Déminage peut se découper en deux phases. La première, de la création de la Direction du Déminage (février 1945) jusqu’au 31 décembre 1947, date de la dissolution des dernières Représentations Départementales. Cette période correspond à l’exécution des travaux de masse lesquels furent en majorité consacrés au déminage du sol Français. Durant la deuxième phase, de janvier 1948 au 31 décembre 1962, les travaux sont poursuivis par les équipes de sécurité et concernent surtout les opérations de désobusage et de débombage. A la fin de 1947, les travaux de déminage proprement dits furent considérés comme achevés et la plupart des personnels du Déminage furent licenciés. Les effectifs furent réduits à une centaine de personnels pour l’achèvement des travaux tel qu’il était alors prévu. L’effectif moyen passe de 140 Démineurs en 1948 à 33 Démineurs en 1949 puis 26 en 1950[2].

Aujourd’hui, l’étude du déminage, comme celui des bombardements liés à la Seconde Guerre mondiale se concentre essentiellement sur le nord de la France. Ajoutés aux données de terrains acquises par la Protection Civile ou le Ministère des Armées, aux diverses archives disponibles, quelques ouvrages abordent la question du déminage au lendemain de la guerre.  On peut citer, par exemple, les recherches de Daniele Voldman, dont la thèse soutenue en 1995, Histoire d’une politique : la reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 a été l’un des premiers travaux de recherches sur le sujet.

 

  1. La question des Prisonniers de Guerre allemands

En 1945, la main d’œuvre manque. Le tout jeune service de déminage, qui attendait beaucoup de la décision alliée sur le commencement des opérations de dépollution, espérait pouvoir utiliser 100 000 prisonniers de guerre (P.G.) allemands et nettoyer ainsi très rapidement le sol français. Raymond Aubrac, dans ses fonctions de chef de service, demanda bien ces 100 000 P.G. mais suite à une réévaluation par le Ministère du Travail c’est seulement 50 000 prisonniers qui furent affectés aux travaux de déminage.

Si les prisonniers-démineurs devaient officiellement être volontaires, leur recrutement a obéi dans les faits à d’autres critères. Quelques soldats du Génie allemand se mirent volontairement au service des Français à l’automne 1944, individuellement ou par unités, mais la main d’œuvre allemande pour enlever les mines ne fut donc réellement spontanée, compte tenu de la dangerosité de la tâche. De plus, les P.G. devaient posséder des notions de déminages et de connaissances sur ces armes. Un certain nombre de prisonniers furent donc affecté de manière forcée à ce service. En contrepartie de leur affectation, ils pouvaient bénéficier d’une libération anticipée pour bonne volonté et acte de courage. Mais très peu de libérations furent accordées. Les ordres du Gouvernement précisaient en effet qu’il fallait empêcher les libérations trop nombreuses. Celles-ci ne pouvaient pas excéder 10 P.G. par mois[3].

Les P.G. travaillaient sous le contrôle de représentants de l’ordre français, policiers, gendarme ou démineurs. Les Prisonniers de Guerres ont fait l’objets de multiples recherches historiques, essentiellement sur les conditions de détentions. On peut citer l’ouvrage de Yves Durand, Les Prisonniers De Guerre Dans Les Stalags, Les Oflags Et Les Kommandos (1939-1945) ou Les prisonniers de guerre allemands, de Fabien Théofilakis.

 

2. Les opérations de déminage, inventaire et méthodes d’application

  1. Les différentes mines rencontrées

Comme dit en introduction, les mines terrestres et navales ont été, au cours de la dernière guerre, très largement utilisées par l’ensemble des belligérants. Leur emploi a provoqué de profondes modifications dans la technique du combat défensif. Les Allemands avaient fait des champs de mines une des stratégies essentielles de leurs éléments défensifs. Afin de ralentir l’avancée ennemie en cas d’invasion de la France, les forces armées allemandes ont piégé près de 500 000 ha du territoire français, sur tout le long des côtes et tout au long de ses lignes de retraite. Il sut rendre dangereux sur tous ces terrains les gestes les plus naturels. A la fin des combats dans un secteur donné, de nombreux civils ont perdu la vie à cause des terrains piégés, lors du retour dans leur domicile ou lors des déplacements, sans attendre le passage des équipes spécialisées dans l’exécution des travaux de déminage.

 

  1. Méthodes de déminage

Le succès d’une opération dépendant très souvent du déminage et de la sécurisation des terrains d’opération, les forces armées sont parfois obligé de sacrifier à cette rapidité la sécurité des exécutants. Dans un cadre civil, les méthodes à employer pour le déminage systématique de vastes étendues, en vue de permettre au public d’y accéder de nouveau, doivent reposer sur les deux principes suivants :

– Tout doit être fait pour retirer du terrain la totalité des mines qu’il renferme ;

– La sécurité du personnel démineur doit l’emporter sur la rapidité des opérations.

On peut citer trois types de détections utilisés pour le déminage :

  • La détection par sondage à main :

Cette méthode est utilisable quelle que soit la nature des mines dont on soupçonne la présence. C’est le procédé le plus long, mais aussi le plus sûr.

  • La détection par les détecteurs électriques :

Les appareils utilisés sur les chantiers détectent le métal entrant dans la composition de la mine. Ce sont des appareils individuels portatifs à alimentation autonome par piles. L’organe d’exploration est déplacé au-dessus du sol avec un geste de fauchage. Une différence de réponse du détecteur localise à l’aplomb de cet organe l’engin mis en évidence. L’appareil est à la fois émetteur et récepteur.

  • Le déminage mécanique :

Les méthodes classiques ont l’inconvénient d’exposer le personnel démineur sans protection aux dangers d’une explosion accidentelle. Des chars ont été équipés de divers systèmes mécaniques ; le plus répandu est constitué par un ensemble de chaînes qui battent vigoureusement le sol (flail tanks). Cependant, de tels dispositifs ne peuvent être employés que dans le cadre d’opérations militaires, car ils sont endommagés au bout de quelques explosions, et leur action n’est pas absolument certaine.

Plusieurs méthodes de destructions des stocks de munitions existent. Les deux méthodes les plus utilisés sont le transport des munitions pour un brulage et des explosions hors site et l’explosion in-situ des mines non transportables.

 

Conclusion :

 Comme nous l’avons vu au cours de cette rapide présentation, le choix des acteurs de cette dépollution répondaient à une volonté de rapidité et d’efficacité. L’emploi des PG a permis de répondre au besoin de personnels qualifiés, remplacé progressivement par des démineurs professionnels.

On peut noter que sur l’ensemble de la période courant de 1944 à 1962 :

  • Travaux effectués au cours de la première phase (1944-1947) :

    414 180 hectares ont été prospectés, dont 197 260 hectares de terres cultivables, 16 194 000 obus, grenades et engins divers ont été neutralisés, 435 444 bombes en surface ont été neutralisées.

  • Travaux effectués au cours de la seconde phase 1948-1962 :

2 440 mines ont été retirées, 5 499 800 obus, grenades et engins divers ont été neutralisés, 28 159 bombes en surface ont été neutralisées

Concernant, les pertes dans les équipes de déminage, jusqu’en 1947 elles furent d’environ un tiers de morts et de blessés graves (500 tués, 800 blessés graves) et un cinquième de blessés légers pour les seuls personnels français. Environ 1/30 des prisonniers de guerre allemands fut tué en opération ; le nombre des blessés n’a pas été communiqué[4].

A la fin de 1947 la dépollution des grands champs de mines était terminée. Il devint donc possible de poursuivre sur une plus grande échelle l’élimination des autres engins de guerre dispersés un peu partout, dont également ceux qui remontaient aux conflits antérieurs de 1914 / 1918 et même de 1870 / 1871. L’étude du déminage fait déjà partie des champs de recherches historique et archéologique. Il en est de même pour les conditions d’internements des Prisonniers de guerre. A l’heure actuelle il n’existe plus de champs de mines sur le territoire français. Les quelques mines que l’on retrouve encore, sont pour la plupart des mines isolées, éparses, dont la présence est insoupçonnée. On notera pour conclure, que tout comme pour d’autre aspects des de la Seconde Guerre Mondiale, les études sont plus nombreuses dans le Nord de la France, la région sud ne disposant que de peux d’études sur le sujet.

Guillaume CONTINI

[1] https://www.dailymotion.com/video/x15g1u5, Terres hostiles 1945 les dangers des mines après la seconde guerre mondiale déminage organisé par le ministère de la reconstruction.

[2] https://www.deminex.fr/historiques/historique-du-d%C3%A9sobusage/

[3] http://thierry.vareilles.pagesperso-orange.fr/study.html

[4] « LE SERVICE FRANÇAIS DU DEMINAGE Histoire – Missions – Organisation – Activités », Ministère de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire, 2005

Introduction – Séminaire Jeunes Chercheur·se·s TELEMMe Romain Facchini, « Acteur(s) et actrice(s) en Sciences Humaines et Sociales » – MMSH Aix-en-Provence 16 octobre 2019

Pour cette nouvelle année universitaire, les jeunes chercheur·se·s du laboratoire TELEMMe ont choisi de tenir un séminaire intitulé « Acteur(s) et actrice(s) en Sciences Humaines et Sociales ». Cette thématique s’inscrit dans la continuité des précédentes journées d’études et notamment celles sur les environnements et le temps qui se sont déroulées respectivement en 2018 et 2019. Le prisme de l’acteur·trice est indispensable pour saisir ces deux notions que sont l’environnement et le temps. Mais alors, de quoi parle-t’on ? Qu’est-ce qu’un·e acteur·trice ? On emploie souvent le sujet, l’individu ou encore l’acteur comme synonymes. Il convient néanmoins de préciser les contours, les liens, les frontières et les oppositions qui se jouent entre ces notions.

– Le sujet renvoie à l’idée de subjectivation, à la capacité de prise de conscience du moi, à l’expérience personnelle, mais aussi aux dispositions psychiques. Le sujet se construit par l’action — ou l’inaction qui est, en soi, déjà une action.

– L’individu laisse de côté l’idée d’un sujet tout puissant, pour prendre en considération l’intersubjectivité. La subjectivité et l’espace social ne s’opposent plus : la subjectivité renvoie à l’intimité, au for intérieur.

– L’acteur·trice est celui ou celle qui agit, qui fait une action, mais aussi celui ou celle qui interprète : l’acteur·trice joue un rôle et porte des masques au sein de la société mais aussi en lui·elle-même.

Une fois ces distinctions faites brièvement, il nous faut aller plus en avant dans la notion d’acteur·trice. Celle-ci recouvre en effet plusieurs acceptions que l’on peut regrouper en quatre catégories : ce qui caractérise l’acteur, les liens entre l’individuel et le collectif, l’action ainsi que les relations et les réseaux.

Au sein des deux dernières journées d’études jeunes chercheur·se·s, nous avons toujours tenu à interroger la dimension méthodologique des notions que nous mobilisions. Ce séminaire sur les acteurs et les actrices en Sciences Humaines et Sociales ne fait pas exception. Au début du XXe siècle, le sociologue François Simiand dénonçait l’individu comme l’une des trois idoles des historiens avec l’idole politique et l’idole chronologique (1). Cette critique a conduit l’école des Annales à promouvoir l’histoire économique et sociale et à délaisser l’individu, la figure des « grands hommes » et le genre biographique. La place de l’acteur·trice dans les Sciences Humaines et Sociales connaît un renouveau dans les années 1980 au point de parler de son « retour » comme l’a fait Alain Touraine dans un ouvrage de 1984 (2). De la même manière, dans un article de 1999, Jacques Le Goff parlait du « retour du sujet » pour les années 1970-1980 (3). D’autres types d’acteur·trice·s émergent, à l’image des acteur·trice·s collectifs, des acteur·trice·s des marges ou encore des animaux. De plus, les géographes se posent la question de savoir si une ville par exemple peut être considérée comme une actrice avec l’espace social qui se traduit dans un espace physique. On trouve par ailleurs en droit la notion de personne morale qui est généralement le regroupement de plusieurs personnes.

La prise en compte des acteurs a donné lieu à des bouleversements épistémologiques tels que l’approche micro-historique et micro-sociologique. La notion d’acteur·trice nourrit également un débat, parfois caricatural, entre les tenants de ce que l’on nomme le holisme et ceux de l’individualisme méthodologique. L’un explique les phénomènes sociaux de manière englobante par des structures et l’autre par la somme des comportements individuels. L’individualisme méthodologique, incarné en France par Raymond Boudon, a été critiqué pour sa dimension a-historique — par exemple la question de l’homo oeconomicus — et sa vision désocialisée des acteur·trice·s. Le holisme, quant à lui, s’est vu reproché une perception trop englobante et éloignée des acteur·trice·s. Dès lors, et sans prendre partie, il ne s’agit pas de nier le moi ou l’illusion du moi, ni les structures et les dynamiques sociales qu’il construit et dans lesquelles il s’inscrit.

L’ensemble de ce séminaire, conçu comme un espace d’échange, aborde des sujets en lien avec les travaux des différent·e·s doctorant·e·s. Quatre thèmes ont été retenus : « pratiques et stratégies » ; « normes et transgressions » ; « mobilité et spatialité » ; « genre et agentivité ». Ces interventions permettront de rattacher l’action sociale des individus aux précédentes réflexions sur les cadres de l’action, la chronologie et les temporalités qui leur sont liées. Nous espérons également que cela engendrera, outre des échanges, de réels débats scientifiques que nous appelons de nos vœux.

Romain FACCHINI

(1) François Simiand, « Méthode historique et science sociale. Étude critique à propos des ouvrages récents de M. Lacombe et de M. Seignobos », Revue de synthèse historique, 1903, p. 1-22, 122-157, repris in Méthode historique et sciences sociales, op. cit., p. 113-169 : 166-169.
(2) Alain Touraine, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984.
(3) Jacques Le Goff, « Les « retours » dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2009, consulté le 08 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ccrh/2322.

 

 

 

Juliana González, « Le temps de déplacement : de la temporalité effective à la temporalité subjective de la mobilité », Journée d’étude des Jeunes Chercheurs.seuses de TELEMMe, 14 mai 2019, MMSH, Aix-en-Provence

Nous vous invitons à lire le texte de Juliana González issu de sa communication lors de la Journée d’étude « Le temps en Sciences Humaines et Sociales » (14 mai 2019, MMSH). 

JJC TELEMMe – Penser le temps en SHS – Gonzalez_Juliana

Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Version pdf

Après l’Equateur, le gouvernement bolivien est le second État à inscrire le concept indigène du Vivir Bien dans sa constitution de 2009, qui signifie : une vie en harmonie entre les hommes et avec la nature. Ce concept est traduit du kichwa sumak kawsaï et de l’aymara suma qamaña. Par ce concept, l’Etat bolivien propose une alternative au modèle « néolibéral ». En 2012, la loi « Tierra Madre » accorde à la nature un nouveau statut juridique pour répondre à la problématique du changement climatique et à l’exploitation intensive des ressources naturelles. Simultanément, l’ONU déclare le droit des peuples autochtones1 et la mouvance écologiste puise dans les pratiques « ancestrales » pour édifier une société décroissante, en harmonie avec la Terre, où « humus » et « humanité » ont la même racine2. Dans le cadre de ma recherche en anthropologie, je me suis interrogée: est-ce que le Vivir Bien est à-même de répondre aux défis sociaux et environnementaux qui animent la Bolivie contemporaine, et plus largement notre planète. L’anthropologie a depuis quelques années inclue dans son analyse, les multiples existences liées à l’homme, d’ordre naturel ou surnaturel. Ce tournant théorique a amené la discipline a ouvrir son champ aux modèles de représentations, d’interprétations et d’organisations des milieux naturels par les groupes sociaux.

Continuer la lecture de Jordie Blanc Ansari – Repenser le rapport homme/nature en anthropologie à partir du « Vivir Bien » en Bolivie.

Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Version pdf

L’objectif de cette thèse de troisième cycle (contrat doctoral financé par la Direction Générale de l’Armement-DGA) est d’étudier et d’analyser les impacts environnementaux des faits de guerre et des activités pyrotechniques sur les sites militaires de la côte méditerranéenne française, de la frontière italienne à la frontière espagnole, la région Lyonnaise constituant la limite nord de l’étude. Le cadre chronologique se situe entre le 10 mai 1939 avec les attaques italiennes et allemandes et le 8 mai 1945 avec la libération de la France par les forces alliées. Ce conflit armé a induit une forte activité pyrotechnique associée à l’utilisation d’engins explosifs. Ces pollutions peuvent provenir de faits de guerre, de fabrication d’engins pyrotechniques ou de stockages et enfouissements. Parmi les pollutions générées par ces activités, l’impact sur les sols, l’environnement et les structures bâties est primordial. Ces pollutions ont ainsi touché les milieux urbains et ruraux, mais aussi les milieux maritimes, montagnards et fluviaux. En revanche, la pollution de l’air n’est plus mesurable compte tenu de l’ancienneté des faits étudiés.

Continuer la lecture de Guillaume Contini – Environnement, bombardements et faits de guerre de la Seconde Guerre mondiale dans la France méridionale

Anna-Livia Marchionni – Socio-anthropologie de l’autisme dans ses relations à la nature et aux animaux : ville-carcan et nature-liberté

Version pdf

Classé dans le DSM-V (2013) parmi les troubles neurodéveloppementaux, nous savons aujourd’hui qu’il n’existe pas une forme d’autisme mais un continuum autistique. Depuis l’article du psychiatre américain Léo Kanner, qui, en 1943, décrit le syndrome autistique, la compréhension de ce syndrome s’est grandement affinée et nuancée. Selon Liane Holliday Willey (2010 : 9) : « l’autisme couvre bien des réalités. Entre ses frontières se trouve une gamme étendue d’aptitudes et d’inaptitudes, une gamme étendue de différences. C’est un diagnostic souple qui n’a ni début précis ni fin certaine. » Elle-même a reçu un diagnostic de syndrome d’Asperger, une forme d’autisme qui, contrairement à l’autisme de Kanner, n’est pas associée à un retard ou à une absence de langage, mais plutôt à une précocité dans les aptitudes verbales, et dont les difficultés de socialisation et de communication sont moins importantes. On parle aujourd’hui de « puzzle de l’autisme » (Gepner, 2014 : 17) pour rendre compte de l’hétérogénéité du spectre de l’autisme ; il s’agit, selon Bruno Gepner, psychiatre et pédopsychiatre spécialiste de l’autisme, d’un «curieux mélange de déficiences, d’hypercompétences et de bizarreries » (2014 : 14). Des particularités en terme de fonctionnement cognitif et sensoriel sont mises en évidence chez les personnes autistes : systèmes conceptuels et perceptuels atypiques caractérisés par une attention inhabituelle aux détails (Frith, 1996 ; Baron-Cohen et al., 2009), hyper- et hypo-sensibilités sensorielles variables et spécifiques à chaque individu, surfonctionnement perceptif général supposé être à l’origine de l’autisme (Mottronet al., 2003).

Continuer la lecture de Anna-Livia Marchionni – Socio-anthropologie de l’autisme dans ses relations à la nature et aux animaux : ville-carcan et nature-liberté

Kevin Pometti Benítez – Un environnement menacé ? Oscillations climatiques et activités anthropiques dans le cadre de l’épidémie de fièvre jaune de Barcelone en 1821

Version pdf

L’objectif de cette communication est de montrer les interactions entre climat et environnement et l’équilibre instable qui préside à leur relation. Nous focaliserons notre attention sur l’influence que les hommes peuvent avoir sur leur environnement et les modifications qui s’ensuivent, positives ou négatives. 

Nous partons de l’étude des phénomènes climatiques et de la période d’instabilité connue sous le nom d’« Oscillation Maldà » (1760-1800). Celle-ci constitue une période d’instabilité climatique marquée par l’instabilité, la confluence d’épisodes de sécheresses et d’inondations catastrophiques, de variabilité de températures. La phase tardive de la période de variabilité atmosphérique connue sous le nom d’Oscillation Maldà (1760-1800) prolonge ses effets jusqu’aux premières années du XIXe siècle. Dans le contexte du minimum solaire de Dalton (1790-1830) les effets de l’Oscillation del Niño, qui a lieu en 1795, interfèrent et renforcent l’instabilité climatique. Une de ses incidences globales a pour résultat l’altération des conditions de la Circulation Atmosphérique Générale. À cette circulation atmosphérique perturbée s’ajoutent les effets du volcanisme. En ce sens, en 1783 l’éruption du volcan islandais Laki conjuguée avec l’éruption du Vésuve eut des répercussions notables sur le climat et la prolifération d’épidémies (fièvres paludéennes, fièvres typhoïdes, épizooties) en Méditerranée. L’éruption du volcan Tambora, en Indonésie en avril 1815, eut aussi des effets délétères sur la circulation atmosphérique de la planète et affecta le bassin méditerranéen. Dans cet espace, les perturbations se manifestent par une instabilité du régime hydrométéorologique et par une fluctuation des températures. 

Continuer la lecture de Kevin Pometti Benítez – Un environnement menacé ? Oscillations climatiques et activités anthropiques dans le cadre de l’épidémie de fièvre jaune de Barcelone en 1821